Subscribe

Lutins du court-métrage de Washington 2011

La 4e édition du Festival des Lutins du court-métrage de Washington revient du 7 au 12 février. L’occasion de découvrir les talents du cinéma d’aujourd’hui, en moins de 60 minutes.

Depuis 1997, le Festival international des Lutins du court-métrage sélectionne et récompense les meilleurs courts de l’année. La version locale du festival de Washington, créé par Sylvain Cornevaux, directeur adjoint à l’Alliance Française, permet la diffusion des 25 films retenus l’an dernier par le jury, dans différents lieux culturels de la ville.

Parmi les coups de cœur du directeur du festival cette année, citons  Donde esta Kim Basinger, de Edouard Deluc «Un film drôle et sensible sur le thème des relations entre frères, sur l’amour et le voyage». Ou Un transport en commun de Dyana Gaye, l’histoire de passagers d’un taxi-brousse qui, le temps d’un trajet Dakar-Saint-Louis, croisent leurs destins et se racontent en chansons. « C’est une histoire d’amour et de rencontres en forme de comédie musicale. Du Demy à la sauce sénégalaise, avec une mise en scène très réussie », poursuit Sylvain Cornevaux.

Les amateurs de poésie se pencheront quant à eux sur Malban, d’Élodie Bouedec. «En 8 minutes, ce film d’animation nous emmène dans un monde poétique aux couleurs vibrantes, à la frontière entre l’enfance et le monde des adultes », témoigne le directeur adjoint à l’Alliance Française.  A moins que le « graphisme léché » du Petit Dragon de Bruno Collet, au scénario « efficace et amusant », ne remporte votre adhésion. Situé trente-cinq ans après la disparition de Bruce Lee, le film raconte la réincarnation de l’acteur dans le corps d’une petite poupée à son effigie. Avec assurance, le jouet en caoutchouc part à la découverte du monde hors d’échelle qui l’entoure.

Plus sombre, Le Genou Blessé et l’Homme Debout, de Yann Chayia raconte l’histoire de Jonas, quatorze ans, qui trouve sa mère morte. Livré à lui même, il parcourt les quelques kilomètres qui le séparent de son père qu’il n’a plus vu depuis plusieurs années, sans trouver la force de lui annoncer la nouvelle. Ce court-métrage, écrit dans le cadre de la série lancée par Canal + en 2008 « Ecrire pour un chanteur », met en scène un Miossec tout en nuances dans le rôle d’un père qui ne sait comment communiquer avec son fils. Il s’agit, pour Sylvain Cornevaux, d’«un drame bouleversant qui aborde pudiquement le thème de la perte d’un être cher, à travers les yeux d’un adolescent issu d’un milieu modeste ».

Bande-annonce de Donde esta Kim Basinger, de Edouard Deluc

 

Informations pratiques :

Les Lutins du court-métrage, du 7 au 12 février 2010 à Washington.

Tous les films seront sous-titrés en anglais. Avec pour seule exigence la qualité du support, l’inventivité du scénario et l’originalité de l’œuvre.

La sélection complète et le palmarès 2010 des Lutins sont visibles sur leur site officiel: http://leslutins.com/du_court_metrage/

Soirée de clôture du festival à l’Alliance Francaise de Washington samedi 12 février de 6.30pm à 9.30pm avec fromage, vin et DJ !

$8, gratuit pour les membres du Festival.

Les Lutins seront aussi à Milkauwee le 26 mars: http://www.afmilwaukee.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Les lutins du court métrage reviennent à WashingtonLes lutins du court métrage reviennent à Washington La 5e édition du Festival des Lutins du court métrage de Washington se tiendra du 13 au 19 février dans six lieux culturels insolites de la capitale américaine. Le court métrage a ses […] Posted in Cinema
  • Pieta reçoit le Lion d’or à VenisePieta reçoit le Lion d’or à Venise Pieta, œuvre choc du cinéaste sud-coréen Kim Ki-duk sur la tentative de rédemption d'un petit malfrat qui redécouvre sa part d'humanité dans une société hostile corrompue par l'argent, a […] Posted in Cinema