Subscribe

Malgré des prévisions de croissance relevées, le FMI met en garde Washington

Malgré des prévisions de croissance relevées pour 2012 et 2013, le FMI a de nouveau mis en garde mardi les Etats-Unis contre les écueils qui menacent la reprise américaine, exhortant les autorités à s’attaquer à la dette publique et à soutenir le marché de l’immobilier.

Comme sa directrice générale Christine Lagarde l’avait laissé entendre il y a à peine plus d’un mois, le Fonds a revu en hausse, à 2,1% contre 1,8% auparavant, sa prévision de croissance de l’économie américaine en 2012. Pour 2013, le Fonds prévoit même une légère accélération, à 2,4%, contre 2,2% prévu auparavant. “L’économie américaine a regagné du terrain, avec une croissance qui s’est renforcée tout au long de 2011 et des signes d’amélioration du marché du travail”, note dans son rapport le FMI.

Ces prévisions pour 2012 et 2013 –inférieures aux dernières prévisions de l’administration, pourtant revues en baisse, à respectivement 2,7% et 3,0%– reflètent “la faiblesse persistante des prix de l’immobilier, les pressions pour (accélérer) le désendettement et un marché de l’emploi faible”, pointe le FMI. Il y a sept mois, lors de la publication de ses précédentes prévisions de croissance, le FMI exhortait déjà les Etats-Unis à s’unir autour d’un projet politique permettant de soutenir la croissance économique du pays tout en offrant une perspective crédible de rééquilibrage des finances publiques.

Et si le Fonds a depuis revu à la hausse ses prévisions, son diagnostic de la situation américaine a peu varié. “La première priorité des autorités américaines devrait être de s’accorder et de s’engager sur une politique budgétaire crédible qui mette la dette publique sur la voie d’une réduction durable à moyen terme. Mais (…) elles doivent aussi faire des efforts pour soutenir la reprise à court terme”, écrit le FMI dans son nouveau rapport. “De nombreuses exemptions fiscales, dont certaines adoptées sous le président George W. Bush, vont commencer à expirer en 2013, au moment où des coupes budgétaires automatiques drastiques vont débuter” si aucun accord n’est trouvé d’ici là pour réduire la dette du pays, redoute l’institution. “Un ajustement aussi massif pourrait saper de manière significative la reprise”.

“En outre, étant donné l’ouverture de la longue saison des élections et le blocage actuel au Congrès, il y a peu de chances d’assister à une réduction sensible de la dette à moyen terme avant 2013”, regrette-t-elle. “Si la croissance décevait, l’absence de stratégie de consolidation budgétaire risquerait d’accroître la prime de risque américaine, avec des risques de contagion sur les autres économies développées”, prévient le FMI en référence à la hausse des taux d’intérêt qui se produit sur le marché obligataire en cas de perception d’un risque.

Autre écueil contre lequel le FMI continue de mettre en garde les Etats-Unis: la faiblesse du marché de l’immobilier, face à laquelle le Fonds milite fermement pour “une action audacieuse” de soutien, qui “pourrait stimuler de manière importante la consommation et la croissance générale” “D’un autre côté, si le marché de l’emploi continue à surprendre positivement, et de cette manière, soutient plus largement la consommation, la croissance pourrait être plus ferme et finalement se renforcer”, souligne toutefois le rapport.

Parmi les motifs de satisfaction, le FMI se félicite aussi des décisions récentes de la banque centrale américaine (Fed), qui s’est dotée en janvier d’un objectif d’inflation à long terme de 2% sur un an et avait alors aussi promis de fournir encore longtemps un soutien exceptionnel à la reprise de l’économie américaine. Ces décisions “peuvent raffermir encore son soutien à l’économie”, juge le FMI.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related