Subscribe

Manu, les dessins de la colère

En guerre contre la bureaucratie et les “brigades du populisme”, l’économiste Emmanuel Letouzé, alias Manu, croque dans le vif l’actualité française et américaine. Ses dessins sont à découvrir dès demain et jusqu’au 9 octobre à la galerie d’art The Invisible Dog de Brooklyn.

En quelques traits vifs, avec son humour à froid, Manu, 35 ans, dénonce l’absurdité de certaines situations de la vie politique, s’énerve contre le nationalisme français ambiant, peste contre la corruption des puissants ou la fastidieuse bureaucratie des fonctionnaires. Le dessinateur au parcours éducatif brillant – Henry IV, Sciences-po, Columbia, Berkeley -, publie régulièrement ses vignettes sur le site d’actualité française Rue89 qui héberge son blog, et sur le site américain Stuff Expat Aid Workers Like.

”Le dessin, c’est un exutoire”, explique cet économiste à l’Onu. Un bon moyen d’évacuer la pression quand nos dirigeants déraillent. Souvent dictées par l’actualité médiatique, ses caricatures traitent aussi bien de la politique française ou américaine que de la vie socio-économique et culturelle internationale. C’est ainsi qu’on y trouve, traitée d’une manière critique, une couverture de la récente affaire DSK, son plus gros succès à ce jour.
Intitulée “Les gagnants et les perdants”, cette série retrace les frasques rocambolesques de l’ex-directeur du FMI et la folie médiatique suscitée par l’événement. Avec l’avantage de l’horaire sur la France quand éclate le scandale, il cumule 50 000 vues en quelques jours sur son blog. Et identifie tout de suite les grands perdants de l’affaire : les Français de New York.

Dessins coup de gueule et dessins coups de poing

Mais DSK n’est pas le seul à faire les frais de son coup de crayon lapidaire. Certaines de ses caricatures, sans citer de nom ou montrer de visage, visent plus large, en direction des hautes instances qui nous gouvernent. Sans craindre les foudres, Manu montre du doigt dans son strip déjà culte, Bulshit Task Force, la bêtise bureaucratique. ”Je travaille beaucoup sur l’hypocrisie, les faux-semblants. Je suis athé mais j’ai un côté assez protestant sur les questions de morale publique et d’intégrité en politique.”

Manu cherche donc la faille sans relâche, afin de montrer le décalage entre la réalité et les intentions. Le gouvernement français en prend pour son grade mais le Tea Party et la mentalité américaine ne sont pas en reste. Parfois, ses dessins versent dans l’humour noir. C’est le cas de cette récente caricature sur l’exécution de Troy Davis qui reprend le thème de la mort futile. ”Je ne revoterai pas pour Obama l’année prochaine”, peut-on lire dans la bouche du futur exécuté. Mais la colère, chez ce trentenaire au regard clair, s’habille d’une modestie non feinte dans les propos. Il pointe au passage ses faiblesses de caricaturiste, son trait ”trop rond et pas très beau”, admire le talent d’un Aurel, la signature de Politis, la qualité de réflexion de Pétillon, la mine acérée du Canard Enchaîné ou d’un Spiegelman aux Etats-Unis.

En parallèle de son exposition, Manu planche sur une série de dessins new-yorkais, déclinés en 16 ou 17 thèmes de 20 vignettes chacun que l’on retrouvera prochainement sur son blog sous forme de bande dessinée.

Infos pratiques

Exposition “Legally French” du 7 au 9 octobre à la galerie The Invisible Dog Art Center de Brooklyn.

Adresse : 51, Bergen Street, Brooklyn.

Vernissage le 7 octobre de 18h à 23h. Inscription au préalable sur la page facebook de l’événement.

Plus d’infos sur le site de la galerie Invisible Dog

Site Manu Cartoons

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related