Subscribe

Marée noire: début des opérations d’évacuation à l’approche d’une tempête

BP et les autorités américaines ont commencé jeudi à évacuer une partie de la flottille qui lutte contre la marée noire dans le golfe du Mexique à l’approche d’une dépression tropicale, ce qui risque de retarder les opérations destinées à mettre un terme à la pollution.

“La protection des équipements et des équipages est la priorité absolue pour pouvoir répondre avec le maximum de moyens à ce que la tempête peut réserver à cette énorme opération” de lutte contre la marée noire, a déclaré l’amiral des gardes-côtes Paul Zukunft dans un communiqué. Selon l’avis émis jeudi par le Centre national des ouragans américain (NHC), la dépression tropicale qui se trouve actuellement au-dessus des Bahamas pourrait se transformer en tempête tropicale d’ici à vendredi soir et menacer une partie de la Floride. L’amiral a expliqué qu’il s’agissait d’écarter les vaisseaux chargés du nettoyage de la route probable de la tempête tropicale pour “pouvoir reprendre les opérations de récupération du pétrole dès qu’elle sera passée”. Les autorités américaines pourraient aussi décider d’évacuer les bateaux et ingénieurs qui s’activent pour mettre en oeuvre les solutions destinées à obstruer définitivement le puits de pétrole à l’origine de la catastrophe écologique dans le golfe: le forage de deux puits de secours et la conception d’une nouvelle opération baptisée “Static kill”. Cette dernière consiste à injecter un mélange de liquide et de matières solides dans le puits avant de le sceller avec du ciment.
Une évacuation totale pourrait retarder de deux semaines les travaux. Reste à savoir si l’entonnoir qui a été posé la semaine dernière et a permis de colmater au moins provisoirement la fuite, resterait en place. Thad Allen, le responsable de la lutte contre la marée noire pour l’administration, a indiqué jeudi que plusieurs scénarios étaient possibles. Les autorités peuvent “laisser l’entonnoir en place tout en sachant qu’il sera sans surveillance pendant trois ou quatre jours (…) ou alors réduire un peu la pression dans le puits en ouvrant les valves” pour libérer le pétrole et “réduire ainsi les risques”. La question n’a pas été tranchée.

 

L’entonnoir a permis la raréfaction du brut dans le Golfe: les autorités américaines et BP qui récupéraient jusqu’à il y a quelques jours 25.000 barils de brut quotidiennement à la surface des eaux du golfe n’en ont récupéré mercredi que 56 barils. “Cela fait une semaine qu’il n’y a plus de pétrole qui se déverse (…) Quand vous volez au-dessus du golfe, vous voyez nettement la différence”, a déclaré à la presse le directeur d’exploitation de BP, Doug Suttles. “Une grande partie du pétrole à la surface a été récupérée ou s’est naturellement dispersée avec l’aide de Dame nature”, a-t-il ajouté.

 

L’agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) a annoncé jeudi la réouverture à la pêche d’un tiers de la zone du golfe du Mexique fermée après le début de la marée noire fin avril. La marée noire chamboule en tous cas un peu plus chaque jour les habitudes et pratiques du secteur pétrolier aux Etats-Unis.

 

Quatre grands groupes pétroliers, les américains ExxonMobil, Chevron, ConocoPhillips et l’anglo-néerlandais Shell ont ainsi décidé de consacrer collectivement un milliard de dollars à la préparation d’un système de réponse commun aux futures éventuelles marées noires.

Un juge américain a aussi ordonné l’arrêt de travaux d’exploration offshore de pétrole et de gaz au large de la côte nord de l’Alaska, estimant que les études environnementales sur les conséquences de ce projet n’étaient pas suffisantes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related