Subscribe

Marée noire en Louisiane : « Jusqu’ici on avait l’impression que tout le monde s’en foutait »

La marée noire qui menace les côtes de Louisiane a été décrétée catastrophe naturelle hier alors que la plate-forme pétrolière a coulé le 22 avril dernier. Selon Damien Regnard, représentant élu des Français de l’Étranger et résidant à La Nouvelle-Orléans, ce délai est révélateur du manque d’information et de mobilisation qui a prévalu sur place les premiers jours. Témoignage.

Damien Regnard est outré par la lenteur de la réaction des pouvoirs publics face à ce qu’il n’est désormais plus le seul à qualifier de catastrophe. « Les premiers jours il a fallu que je me cale sur les médias français pour savoir ce qui se passait à 20 kilomètres de chez moi », ironise-t-il. Le gouverneur de l’État, Bobby Jindal, a décrété hier l’état d’urgence, une semaine après l’explosion de la plate-forme dans le golfe du Mexique. En même temps, Janet Napolitano, ministre de la Sécurité intérieure, décrétait la marée noire « catastrophe nationale ».

Damien Regnard connaît bien les marais louisianais touchés, situés à 45 minutes de son domicile. Il va souvent y pêcher. « Ça va être impossible à nettoyer, c’est un réseau de canaux avec des bottes d’herbes partout, explique-t-il. C’est plus difficile d’agir que lorsqu’il s’agit de marées noires qui polluent des criques ou des plages ».

Le chef d’entreprise français qui a vécu le traumatisme de l’ouragan Katrina en 2005 rappelle que justement, la saison des cyclones approche. « Les barrières de protections naturelles contre ces cyclones qui servent d’amortisseurs et qu’on essaie de maintenir année après année vont être complètement recouvertes par cette couche de pétrole noire », se désole-t-il. Il poursuit : « C’est vraiment un désastre pour l’écosystème, alors que pour les oiseaux, la saison des pontes vient de commencer ».

L’armée américaine a envoyé aujourd’hui 18 kilomètres de barrages flottants pour tenter d’arrêter le pétrole. Quant à la Louisiane, elle prépare le déploiement de 6000 soldats. « Jusqu’ici on avait l’impression que tout le monde s’en foutait », regrette Damine Regnard. « Les pêcheurs s’étaient déjà mobilisés pour mettre en place un barrage de bouées. Mais avec le vent violent et le clapot sur le golfe du Mexique, les vagues passaient par-dessus. »

La compagnie pétrolière britannique BP qui exploitait la plate-forme de forage en eau profonde a assumé toute la responsabilité de la marée noire. La compagnie s’est engagée aussi à indemniser les personnes touchées par la marée noire à condition de « présenter des plaintes légitimes ». Les pêcheurs feront certainement partie de ce groupe. « 50 % des crevettes consommées aux États-Unis proviennent de la Louisiane, rappelle Damien Regnard », qui suit avec inquiétude la progression de la nappe gigantesque.

La marée noire menace maintenant Biloxi dans le Mississipi et les plages de sable blanc de Mobile en Floride, qui vient aussi de décréter l’état d’urgence. « Les élus des paroisses touchées en Louisiane font remarquer que cette marée noire est comme un cyclone. On ne sait pas comment il va frapper, ni combien de temps il faudra pour s’en remettre… Ça prendra sûrement des années », conclut-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related