Subscribe

Marée noire : l’argent du pétrole récupéré ira à un fonds de protection de la nature

Le groupe pétrolier britannique BP a annoncé qu’il financerait un fonds de protection de la nature dans les Etats bordant le golfe du Mexique, avec l’argent de la vente du pétrole récupéré de la marée noire causée par l’explosion d’une de ses plates-formes fin avril.

Ce fonds sera abondé par les revenus nets de la récupération, à la fois du pétrole remonté en surface et du pétrole capté à la sortie du puits, remarque dans un communiqué reçu mardi soir le groupe, qui ne peut pour l’instant prédire combien il pourra ainsi verser au fonds, mais promet de le faire dans des “mises à jour régulières”.

BP souligne que la création de ce fonds, destiné “à créer, restaurer, améliorer et protéger l’habitat de la faune le long des côtes de la Louisiane, du Mississippi, de l’Alabama et de la Floride”, “va au-delà de ses obligations aux termes de la loi sur la Pollution pétrolière de 1990”.

“Nous pensons que cet argent aura un impact positif important sur l’environnement dans la région”, assure le directeur général de BP Tony Hayward dans le communiqué.

En théorie, selon les calculs de l’AFP, si le pétrole récupéré en surface (368.000 barils au 7 juin) pouvait être intégralement vendu au prix du marché (environ 73 dollars le baril mercredi), cela dégagerait une somme de quelque 27 millions de dollars, et un rythme de récupération depuis le puits de 14.800 barils par jour comme entre lundi et mardi ajouterait un peu plus d’un million de dollars par jour.

La création de ce fonds “est le dernier exemple de l’engagement de BP à aider les Etats du golfe et leurs habitants”, insiste BP, qui tente de multiplier les gages de bonne volonté et de préserver son image face à la colère dont il est l’objet aux Etats-Unis. Il rappelle avoir le 24 mai annoncé qu’il consacrerait jusqu’à 500 millions de dollars à “une programme de recherche ouvert” sur les conséquences et le traitement de cette pollution.

Le groupe a également acheté des mots clés sur les moteurs de recherche. En tapant “marée noire” ou “marée noire dans le Golfe du Mexique”, les internautes se voient proposer un lien intitulé “en savoir plus sur l’action de BP”.

Très critiqué, le géant pétrolier s’est vu imposer un ultimatum de 72 heures par les autorités américaines pour dévoiler ses projets visant à stopper la fuite. “BP doit faire état de ses plans concernant ses initiatives parallèles, continues et alternatives de récupération du pétrole, et notamment mettre en place un échéancier”, leur a indiqué une lettre adressée par le contre-amiral des garde-côtes James Watson au directeur d’exploitation de BP, Doug Suttles, et datée de mardi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related