Subscribe

Mass Trumpization?

The claim that the United States has become “populist” and that democracy and the constitution are under threat is excessive. As the American political satirist Jon Stewart put it, “We're still the same country." Commentators who often hold the same opinions and who read each other’s work across borders, are all currently condemning the overwhelming rise of “populism.”…

Subscribers Only

To be able to access this article,
log in or subscribe to France-Amérique.

  • En parfait accord avec l’analyse, les exagérations et les comparaisons hasardeuses du camp libéral/progressiste/démocrate y allant bon train. C’est agaçant. Néanmoins, je vous trouve un peu injuste lorsque vous suggérez que la victoire de Trump sur Hillary ne serait que le résultat de la complexité du système électoral américain. Non, non et non. Les États-Unis sont une fédération d’États. Pas une immense France.

    Hillary et Trump ont joué au même jeu, avec les mêmes règles: celles du College électoral. Si c’est le vote populaire qui décidait de l’élection, Trump aurait fait d’innombrables “rallies” sur les terres démocrates (Californie, l’État de Washington, Upstate New York, par exemple), et aurait très probablement gagné quelques millions de voix de plus (rien que la Californie, et ses 40 millions d’habitants!). Sa stratégie aurait été différente.

    Hillary et Trump ont, tous deux, joué au jeu du College electorate. Hillary a choisi de considérer comme acquis ces États cols-bleus traditionnellement démocrates (Wisconsin, Michigan, Pennsylvanie et Ohio), et n’a pas daigné, par exemple, faire un seul “rally” dans le Wisconsin. Trump a réalisé l’exploit impensable de faire virer ces 4 États du bleu au rouge. Je me souviens combien certains commentateurs se moquaient de la stratégie de Trump qui battait campagne dans le Michigan, considérant que cet État était démocrate et acquis à Hillary. Il construisait, en réalité, sur le terrain, sa brillante victoire (je déteste Trump, mais rendons à César ce qui est à César). Si c’est le vote populaire qui décidait de la victoire, il aurait concentré son effort tout autrement, sa stratégie aurait été toute différente.

    N’oublions pas également qu’au même jeu, avec les mêmes règles, Obama a gagné haut la main, les deux fois! Haut la main! Bref. Je crois vraiment que les démocrates ont mal joué, ils ont pourtant d’innombrables talents, et on s’est retrouvé à la primaire avec un communiste et une corrompue (j’exagère le trait mais c’est un peu comme ca que je l’ai ressenti).

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related