Subscribe

Masters de tennis: c’est fini pour Tsonga

L’aventure de Jo-Wilfried Tsonga au Masters a pris fin mardi 11 novembreà Shanghai, après une deuxième défaite contre l’Argentin Juan Martin Del Potro en deux sets 7-6 (7/4), 7-6 (7/5). Gilles Simon, repêché grâce au forfait de Rafael Nadal, portera les derniers espoirs tricolores.

Le Français a encore un match à disputer jeudi contre le Serbe Novak Djokovic, mais quel qu’en soit le résultat, il n’a plus aucune chance de terminer dans les deux premiers du groupe “or” qui disputeront les demi-finales.

Comme dimanche face au Russe Nikolay Davydenko, il n’a pas manqué grand-chose à un Tsonga courageux. “Juste cette petite énergie supplémentaire que j’ai d’habitude et qui me permet d’aller chercher un ou deux points importants, dans un tie-break ou sur une balle de break”, a-t-il dit.

Le Manceau a encore réussi des coups spectaculaires, mais seulement par intermittence. Toujours devant au score, Del Potro a pu contrôler le match sans rien tenter d’extraordinaire.

“Je n’ai pas eu beaucoup d’occasions de faire tourner le match. Je suis revenu, j’ai fait jeu égal, mais je n’ai jamais pu prendre l’ascendant”, a reconnu Tsonga.

Solide au service (17 aces), le N.1 tricolore s’est battu pour refaire un break de retard dans chaque set. “On était tous les deux un peu entamés psychologiquement. Je le ressentais chez lui, donc je me suis accroché en me disant que s’il y avait la moindre faille j’essaierai de la prendre. Mais il a été solide”, a-t-il commenté.

Signe d’une certaine usure mentale, ce qui faisait naguère sa force est devenu son talon d’Achille au Masters: sur trois tie-breaks disputés à Shanghai, il n’en a remporté aucun. “J’ai manqué des choses faciles à des moments où je n’aurais pas dû rater. Je ne peux que me reprocher d’avoir été mauvais dans ces instants-là”, a-t-il admis.

Les efforts déployés il y a deux semaines à Paris-Bercy, où il avait décroché en même temps son plus beau titre et sa première qualification pour le tournoi des maîtres, explique évidemment en partie la disparition de la petite étincelle qui fait la différence dans les instants cruciaux, même si Tsonga a refusé de se “cacher derrière ça”.

“Je manque un peu du coup de fouet que j’avais il y a une semaine. J’ai brûlé quelques cartouches. Pourtant physiquement je me sens plutôt bien, il me manque juste un petit truc”, a-t-il expliqué.

Tsonga n’était pas encore éliminé après sa défaite face à Del Potro. C’est la victoire de Djokovic face à Davydenko en trois sets qui l’a définitivement condamné, en même temps qu’elle faisait du Serbe le premier qualifié pour les demi-finales.

Le second ticket dans le groupe “or” ira au vainqueur de la rencontre entre Del Potro et Davydenko, prévu jeudi.

Le Manceau jouera lui contre Djokovic dans un match pour l’honneur qui n’aura bien sûr pas du tout la saveur de leurs trois précédentes rencontres en finale de l’Open d’Australie et de Bangkok, puis en huitièmes à Bercy.

L’élimination précoce de Tsonga est une grosse déception tant le Sarthois paraissait capable de toutes les prouesses sur la lancée de sa formidable semaine parisienne.

C’est finalement celui qu’on attendait le moins, Gilles Simon, repêché grâce au forfait de Rafael Nadal, qui portera les derniers espoirs tricolores. Le Francilien est en bonne position après son exploit lundi face à Roger Federer. Une deuxième victoire mercredi face au Britannique Andy Murray aurait toutes les chances de lui ouvrir les portes des demi-finales.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related