Subscribe

Michel Barnier à Washington: l’Europe attend des “réponses” sur l’espionnage américain

Le commissaire européen Michel Barnier a estimé mardi à Washington que les révélations sur le programme d’espionnage américain posaient la question de “confiance réciproque entre alliés” et souligné que l’Europe attendait des réponses de Washington, voire un changement de “méthodes”.

“Cette affaire des écoutes et de l’espionnage pose la question de la confiance réciproque entre alliés. Elle justifie qu’on se parle plutôt que le contraire, c’est une raison supplémentaire pour discuter, qu’on mette toutes les cartes sur table”, a déclaré à la presse le commissaire européen chargé du marché intérieur et des services financiers, lors de sa visite dans la capitale américaine. “C’est pour cette raison que nous avons ouvert avec les Etats membres un groupe de haut niveau pour aller au fond des choses, savoir la vérité, obtenir des réponses claires et précises sur cette question de l’espionnage en particulier de nos institutions et nos citoyens”, a-t-il ajouté.

Celui-ci a refusé de préciser si ces révélations allaient affecter les négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis sur un vaste accord de libre-échange (TTIP), entamées le 8 juillet à Washington D.C. Ces négociations ont démarré dans un climat tendu par l’affaire Edward Snowden, l’ex-consultant du renseignement américain qui a divulgué à la presse des documents confidentiels montrant l’ampleur de l’espionnage mondial pratiqué par les services de renseignement des Etats-Unis. L’espionnage de bureaux de l’UE par l’agence de sécurité nationale NSA a rendu la situation électrique, Paris menaçant de suspendre “temporairement” les discussions sur le TTIP avant de se rallier à la solution prônée par Berlin de lancer les travaux sur l’accord commercial mais d’exiger en parallèle des “clarifications” de Washington.

“J’espère que les Américains ont bien compris que pour avoir toutes les conditions de cette confiance dont nous avons besoin pour réussir – notamment avec le TTIP – il faut que nous ayons vraiment des réponses, et peut-être faut-il qu’un certain nombre de méthodes cessent”, a souligné le commissaire. “Plus tôt les réponses seront apportées par les Américains, plus vite la confiance totale et réciproque sera rétablie. Celle-ci est importante pour tout, y compris dans le cadre des relations commerciales” a-t-il ajouté.

“Les Européens ont maintenant cessé d’être naïfs”

M. Barnier a également estimé que l’UE devrait “se donner les moyens de protéger les données de ses citoyens en mettant en place des outils d’autonomie stratégique” car “nous ne vivons pas dans un monde idyllique”. Il a défendu la proposition de la chancelière allemande Angela Merkel d’adopter une réglementation européenne en faveur de la protection des données. Il a assuré que les Européens feraient preuve de volonté politique pour garantir la sécurité de leurs ressources et il a annoncé qu’une proposition serait faite la semaine prochaine au nom des industries européennes de la Défense. “Les Européens ont maintenant cessé d’être naïfs”, a relevé M. Barnier, confirmant que lors de son intervention dimanche à la prestigieuse Brookings Institution, il avait eu la surprise de recevoir un carton avec en indication: “La NSA félicite à l’avance le commissaire Barnier pour ses remarques (car nous lisons tous ses mails)”. “C’était de l’humour…”, a-t-il dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related