Subscribe

Michel Gondry

Le Lycée français de New York a inauguré mardi soir une série d’événements culturels programmés dans son auditorium avec Michel Gondry, venu présenter en avant-première son nouveau film, Be Kind Rewind, une comédie avec Jack Black, Mos Def, et Danny Glover.

Tout juste revenu du festival de Sundance, où son film était présenté en première mondiale, et avant sa sortie sur les écrans américains le 22 février, et français le 5 mars, le réalisateur français a répondu après la projection aux questions du public lors d’un débat animé par John Kochman, directeur d’Unifrance États-Unis .

Dans Be Kind Rewind, Jack Black incarne Jerry, un paumé qui vit dans un camping car à l’ombre d’une centrale électrique. Un soir, il entraîne son ami Mike (Mos Def), qui travaille dans le magasin de vidéo voisin, dans une entreprise de sabotage de la centrale, qu’il soupçonne de provoquer des migraines. L’expédition tourne mal, et Jerry, abandonné par Mike, est victime d’un gigantesque court-circuit. Le lendemain, un peu sonné, Jerry vient rendre visite à son ami et, “magnétisé” par son aventure de la veille, provoque l’effacement de toutes les cassettes du magasin. Le patron est absent pour quelques jours, et, pour continuer à satisfaire les rares clients, les deux compères décident de re-tourner à leur façon tous les films du catalogue.

Les scènes hilarantes sont essentiellement dues au duo Jack Black / Mos Def, grâce au contraste entre leurs personnages. Les morceaux d’anthologie proviennent du re-tournage des films, de Ghostbusters à Rush Hour II en passant par 2001, l’Odyssée de l’espace, Le Roi Lion, ou Miss Daisy et son chauffeur. Comme toujours, Michel Gondry utilise des procédés bout-de-ficelle, et les combine avec une production de studio, ce qui donne un film hybride, drôle, très poétique. “C’est un film de studio qui prône la créativité, explique le réalisateur. Je veux inciter les gens à faire des films, à créer. C’est mon utopie.” En clair, pour Michel Gondry, le cinéma n’est pas une question de moyens, c’est d‘abord une question d’idées.

Le film a été entièrement tourné à Passaïc dans le New Jersey, avec l’implication de la communauté locale, notamment des élèves qui apparaissent dans le film, et la ville a joué un rôle important dans le film. “Je ne fais plus de story board pour le film tout entier. Je l’avais fait pour mon premier long-métrage, Human Nature, mais je me suis rendu compte que ça bridait les acteurs. Maintenant, je le fais seulement pour les scènes compliquées, pour le reste je laisse plus de place à l’improvisation. Pour ce film, j’ai été notamment très influencé par le lieu de tournage, qui m’a inspiré de nouvelles scènes.

À ceux qui pourraient le taxer d’entretenir la nostalgie des années 80 – le film se déroule dans un magasin de cassettes VHS qui ne propose pas un seul film en DVD -, Michel Gondry nuance: “C’est plutôt un hommage aux vidéo clubs qui proposent encore des films rares en cassette qui ne sont pas sortis en DVD. De toute façon, le scénario ne m’a pas laissé le choix : on ne pouvait pas effacer les DVD , il fallait que ce soit des VHS!” Il faut quand même préciser que l’auteur du scénario n’est autre que… Michel Gondry.


À venir au Lycée français


Le 7 février

Concert de Richard Bona et Sylvain Luc, 19h30

Le 19 février
Conférence de Gaston Kelman, écrivain : « France as a Domino : Between History and Memory »

Le 17 mars

Film Hors de prix (Priceless) de Pierre Salvadori, à 19h00 (à confirmer)

Le 17 avril
Film Roman de gare (Crossed tracks), de Claude Lelouch, à 19h00

Date à confirmer
Film A Hero’s Welcome, de Robin Massee

Plus d’informations sur www.lfny.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related