Subscribe

Michèle Alliot-Marie promet une modernisation des prisons

La ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a promis vendredi une “modernisation profonde” de la politique pénitentiaire, tant dans ses “méthodes” que dans la conception, moins “déshumanisée”, des prisons.

“Contre la récidive et pour la réinsertion”, la ministre a exposé toute une série de mesures, en cours ou à venir, à la clôture des cinquième “assises sur les prisons en France”, dont le thème était “réformer la prison, acte un”.

La Garde des Sceaux a souligné que la toute récente loi pénitentiaire, “historique” selon elle, n’était “pas une fin en soi”, mais le début de la modernisation du système.

Des parlementaires et experts présents au colloque ont également souligné que cette loi n’avait pas abordé certains problèmes, comme la prise en charge des malades mentaux, que tous estiment trop nombreux dans les établissements pénitentiaires.

Mme Alliot-Marie a reconnu qu’il y avait “une augmentation du nombre de personnes détenues présentant des troubles psychiatriques graves”. Elle a rappelé qu’un programme de création “d’unités hospitalières spécialement aménagées” (UHSA) devait améliorer leur prise en charge.

Selon un responsable de l’administration pénitentiaire présent à la conférence, la première unité spécialisée doit ouvrir à Lyon début avril.

La “modernisation” passe en effet par des “réponses différenciées”, adaptées aux “profils” des détenus, par le “développement des activités en détention” ou encore les “aménagements de peine” (semi-liberté, surveillance électronique…), a exposé Mme Alliot-Marie.

La ministre a également insisté sur l’importance de la conception, de “l’architecture” des prisons. Le programme actuel est trop “tout béton”, ce qui “favorise l’agressivité”. Ceci devrait changer, a-t-elle assuré.

Lors du colloque, Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, avait lui aussi donné quelques pistes de réflexion, prônant notamment plus de “dialogue et d’expression” pour limiter l’agressivité en prison.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related