Subscribe

Mobilisation française à San Francisco pour sauver une mère de famille

Linda Laverne, une Franco-Américaine de la baie de San Francisco, atteinte d’une forme rare de cancer du foie, doit subir fin janvier une opération de greffe délicate et onéreuse. Pour soutenir sa famille dans ce moment difficile, la communauté francophone s’est mobilisée. Une belle histoire de solidarité.

Linda Laverne a du cran. Cette Franco-Américaine de tout juste 40 ans, mère de trois enfants et résidente de la baie de San Francisco, a appris il y a quelques mois qu’elle était atteinte d’une forme de cancer très rare, le cholangiocarcinoma. Un grand mot pour désigner le cancer des voies biliaires, ces canaux qui relient le foie au petit intestin. Seules 2000 personnes par an aux États-Unis sont touchées. Le cancer de Linda Laverne a été décelé tard mais la femme et sa famille ont décidé de se battre. Face à la tumeur, la greffe du foie est aujourd’hui la meilleure solution. L’opération est à la fois un défi médical et financier. Les coûts totaux de la greffe s’élèvent à plus de 200 000 dollars, un prix que la famille n’était pas capable d’assurer à elle seule.

Le courage des Laverne a incité la communauté française et francophone de la baie de San Francisco à se mobiliser. Il faut dire que les Laverne sont une famille bien connue de cette région. Dans les années 1980, le futur beau-père de Linda, Michel Laverne, importe aux États-Unis la marque française de biscuits Lu, dont il distribue les produits par le biais de son entreprise américaine, Mothers’ Cookies. L’homme est aujourd’hui décédé et l’entreprise a fermé mais les Laverne restent l’un des piliers de la communauté francophone de la baie, notamment grâce à la belle-mère de Linda, Geneviève Laverne, arrivée à San Francisco en même temps que son mari, il y a 25 ans. Née en Californie entre les montagnes de Tahoe et la petite ville de Sacramento, Linda Laverne a épousé Christophe Laverne, un ami d’université de son frère. Le couple a eu trois enfants, Aimeric, Quentin et Maïlis, tous scolarisés à l’école bilingue de Berkeley.

Lorsque le cancer est découvert en mai, Geneviève Laverne alerte son cercle d’amis français de la baie pour leur demander de l’aide. Le Consulat décide alors d’organiser une soirée de levée de fonds pour financer en partie l’opération. « Cela fait également partie de ma mission consulaire d’agir rapidement dans ce genre de situation », explique Pierre-François Mourier, le consul général de France à San Francisco. « C’est fou comme les gens se sont mobilisés : la communauté d’artistes de la baie notamment a été très coopérante. Toutes les œuvres qui seront vendues lors de la vente aux enchères organisée au cours de la soirée ont été généreusement offertes pour l’occasion. Et toutes les places pour la soirée sont parties. » Un site de donation a également été créé par l’un des amis de Linda Laverne. (http://www.lindalavernetrust.org/)

Sur son lit d’hôpital, au California Pacific Medical Center, Linda Laverne rédige dans un grand cahier noir ses souvenirs de la naissance de ses trois enfants. Elle doit subir le lendemain une nouvelle session de chimiothérapie mais reste très sereine. « Le personnel médical de la Mayo Clinic a été très positif et rassurant » explique-t-elle. La Mayo Clinic de Scottsdale, située au cœur de l’Arizona, est l’un des seuls endroits aux États-Unis qui possède un protocole permettant de greffer un foie à partir d’un donneur vivant. Linda Laverne a subi son traitement chimiothérapique à San Francisco mais pour l’opération, elle devra se déplacer jusqu’en Arizona, accompagnée de sa sœur qui sera la donneuse. « Les foies de personnes mortes sont donnés en priorité à ceux dont l’organe est atteint. Or, dans mon cas, ce n’est pas le foie mais le conduit qui est en-dessous qui est touché », explique Linda.

À la Mayo Clinic, le docteur Charles Rosen explique : « Le problème, c’est qu’il n’y a pas assez de foies pour tout le monde. Les patients atteints du cancer des voies biliaires devraient avoir un accès équivalent à ceux touchés par le cancer du foie, puisque les résultats sont comparables aux autres patients qui subissent une greffe. » Le protocole mis en place par la Mayo Clinic existe depuis septembre 2005 seulement et est l’une des seules solutions pour sauver les malades atteints du cholangiocarcinoma. « En un sens, j’ai de la chance », explique Linda. « Si j’avais eu ce cancer il y a cinq ans, je n’aurais pas pu subir de greffe. » Fin janvier, Linda Laverne et sa sœur partiront à Scottsdale si la Mayo Clinic juge que l’opération est possible. Dans tous les cas, elle a décidé de garder le moral.

Infos pratiques

Pour faire un don en ligne: http://www.lindalavernetrust.org/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related