Subscribe

Monfils-Federer, un dilemme pour le public de Roland-Garros

Le quart de finale entre Gaël Monfils et Roger Federer s’annonce disputé mercredi à Roland-Garros, sur le court d’abord mais aussi dans le coeur des gens pour qui choisir son camp ne sera pas si facile.

C’est un sacré dilemme pour le public, partagé entre l’impatience de voir un Français triompher à Roland-Garros pour la première fois depuis Yannick Noah en 1983 et l’espoir d’une première victoire du Suisse à Paris. Voir le joueur le plus populaire du monde, selon un sondage de l’ATP, égaler le record de 14 victoires en Grand Chelem sous ses yeux n’a pas de prix pour certains.

Depuis le début du tournoi, Federer peut ainsi compter sur le soutien du Central qui lui voue un amour presque inconditionnel. C’était déjà le cas les années précédentes mais le sentiment a été exacerbé par la domination outrancière de Rafael Nadal lors des quatre dernières éditions.

L’élimination de Nadal a d’ailleurs été accueillie par les acclamations du Central, une attitude qui a choqué dans le camp du Majorquin – l’oncle et entraîneur Toni Nadal a parlé de “public stupide” – mais aussi des joueurs et observateurs plus neutres.

“Parfois malheureusement, quand quelqu’un gagne un peu trop, les gens sont pour l’autre joueur. J’ai vécu cela en 2006 et 2007, quand je perdais très rarement. C’était devenu un spectacle de me voir perdre un set. Il faut en passer par là”, a commenté le Suisse.

Mais en face de Federer, voilà donc un Français, en plus bien placé pour effacer 26 ans de frustration et qui, par son sens du spectacle, a le don d’enflammer le public. “C’est sûr, le public français aime bien Fed, mais j’espère que le public sera un peu plus pour moi, parce que je suis français, on est en France, non?”, souligne le Parisien.

L’année dernière, les deux hommes s’étaient déjà rencontrés, en demi-finales. Un match passionnant, remporté 6-2, 5-7, 6-3, 7-5 par Federer, devant 15.000 supporteurs enthousiasmés par le spectacle.

Héroïque de résistance, Monfils avait eu la faveur du public. Mais sans aucune hostilité envers Federer. “C’était vraiment sympa, j’ai passé du bon temps”, avait déclaré le Suisse après le match.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related