Subscribe

Mort d’Amy Winehouse : les icones de la chanson meurent à 27 ans

Amy Winehouse a été découverte morte à son domicile dans le nord de Londres samedi après-midi, a annoncé la police britannique.

La chanteuse de soul, âgée de 27 ans, se battait depuis plusieurs années avec des problèmes d’alcool et de drogue. Elle était sortie récemment d’une cure de désintoxication, avant de tenter un retour dans le cadre d’une tournée estivale de concerts, qu’elle avait dû annuler.

“La police a été appelée par le Service londonien des ambulances à une adresse à Camden Square peu avant 16 heures 05 aujourd’hui, samedi 23 juillet, à la suite d’informations faisant état d’une femme trouvée morte”, a déclaré la police dans un communiqué.

“A leur arrivée, les agents de la police ont trouvé le corps d’une femme de 27 ans, dont la mort a été déclarée sur place”, poursuit le communiqué.

“L’enquête sur les circonstances de la mort continue. A cette étape des investigations, elle est considérée comme inexpliquée”, ajoute le texte.

Huée en juin au cours d’un concert en Serbie, où elle était apparue titubante sur scène, incapable de se souvenir des paroles de ses chansons, Amy Winehouse avait dû annuler toute sa tournée estivale, qui prévoyait encore des étapes en Espagne à Bilbao, en Suisse à Locarno et Nyon, au festival de Lucca en Italie, à Wiesen en Autriche et en Pologne.

Les icones de la musique meurent à 27 ans

27 ans semble un age fatidique pour les stars de la chanson. Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison sont tous mort avant la trentaine. Autre point commun, ils étaient aussi connu pour leur abus et addictions aux drogues et alcool.

Née le 14 septembre 1983 d’un père chauffeur de taxi et d’une mère pharmacienne, Amy Winehouse a grandi dans le nord de Londres dans une famille juive où le jazz est roi.

Son père, qui suivait de près sa carrière, est un amateur éclairé et ses oncles maternels des musiciens professionnels.

Elle entre à la “Brit School for Performing Arts and Technology”, une très sélective école londonienne spécialisée dans la formation au spectacle vivant, dont sont aussi diplômés The Kooks, Katie Melua ou Adele.

A 20 ans à peine, elle publie son premier album “Franck”. Les Britanniques tombent sous le charme de sa voix grave et troublante, à laquelle son accent cockney (accent populaire de Londres) marqué apporte une touche d’authenticité et d’originalité supplémentaire.

L’enfant terrible de la soul

Mais alors que se dessine une carrière prometteuse de chanteuse lisse et populaire, Amy Winehouse s’affiche très vite comme un enfant terrible de la soul.

Grande gueule, elle n’hésite pas à traiter Madonna de “vieille has-been”. En 2006, elle interrompt d’un “Ta gueule, on s’en fout” Bono, le chanteur de U2, lancé sur scène dans un long plaidoyer humanitaire.

Sur scène et dans les émissions de télévision dont elle est l’invitée, elle apparaît régulièrement trop ivre pour chanter.

En 2006, ses managers lui suggèrent d’entrer en cure de désintoxication pour soigner ses problème d’alcool. Mais la chanteuse préfère les renvoyer et transformer leurs supplications en chanson en forme de bravade: “Rehab”.

Le titre, qui devient un tube planétaire, porte son second album “Back to black” (“Retour au noir”), produit par Mark Ronson.

Désespoir, solitude, addictions, auto-dépréciation et dérision: Amy Winehouse y signe des textes déchirants et souvent crus, à contre-courant des chansons calibrées pour passer facilement à la radio.

Pourtant, l’album est un succès mondial et la chanteuse à l’allure de Betty Boop trash empoche cinq récompenses aux prestigieux Grammy Awards américains.

Avec son look inimitable, la brindille tatouée comme un camionneur, les yeux ourlés de rimmel, et coiffée d’une immense choucroute, elle devient incontournable et inspire même Karl Lagerfeld pour un défilé Chanel.

Mais la descente aux enfers a commencé. Les tabloïds publient régulièrement des photos de la chanteuse aux abois, amaigrie, ou trahissant une récente consommation de drogue ou d’alcool. Ils relatent les moindres soubresauts de sa relation avec son mauvais garçon de mari Blake Fielder-Civil.

Ses apparitions sur scène deviennent chaotiques, quand elles ne sont pas purement et simplement annulées.

“Je suis une personne très peu sûre d’elle-même. Je doute beaucoup de mon apparence (…) et plus je doute, plus je bois”, admet-elle dans une interview.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related