Subscribe

Mort de Claude Berri

Claude Berri, décédé lundi à l’âge de 74 ans, était l’un des principaux producteurs du cinéma français mais aussi le réalisateur de films à succès comme “Tchao Pantin” ou “Jean de Florette” et un amateur d’art passionné.

Né Claude Langmann le 1er juillet 1934 à Paris (10ème), il est le fils d’un fourreur et d’une ouvrière. Après avoir brièvement exercé le métier de son père, Claude Berri se lance dans une carrière de comédien. Il joue notamment dans “Rue de l’Estrapade” (1952) de Jacques Becker et “Le blé en herbe” (1953) de Claude Autant-Lara. Mais son succès reste modeste.

Il se fait en revanche remarquer dès son premier court-métrage, “Le Poulet” (1962) qui remportera l’Oscar du meilleur court-métrage en 1965. De 1967 à 1970, Claude Berri produit, réalise et interprète quatre longs métrages à l’inspiration très autobiographique: “Le vieil homme et l’enfant” avec Michel Simon, “Mazel Tov”, “Le pistonné” et “Le cinéma de papa”.

En 1983, “Tchao Pantin”, avec Coluche, remporte un énorme succès. Il en ira de même, trois ans plus tard, pour “Jean de Florette” et “Manon des sources”, adaptés de l’oeuvre de Marcel Pagnol, avec Yves Montand, Daniel Auteuil, Emmanuelle Béart et Gérard Depardieu.

En 1993, son adaptation de “Germinal” d’Emile Zola réunit une pléiade de célébrités (Gérard Depardieu, Laurent Terzieff, Jean Carmet, Miou-Miou, Anny Duperey…). Parmi la vingtaine de films à son actif Claude Berri aura également réalisé “Lucie Aubrac” (1997), “La débandade” (1999), “Une femme de ménage” (2002), “L’un reste l’autre part” (2005), inspiré de la vie du cinéaste, dont l’un des enfants, le comédien Julien Rassam, décédé en 2002, était devenu tétraplégique en 1998.

Sorti au printemps 2007, son dernier opus, “Ensemble c’est tout” tiré du best-seller d’Anna Gavalda réunissait Audrey Tautou et Guillaume Canet.

Outre ses propres oeuvres, le fondateur de Renn Productions (1963) a produit une cinquantaine de films éclectiques tels que “Tess” de Roman Polanski, “L’enfance nue” de Maurice Pialat (son beau-frère), “L’ours” et “L’amant” de Jean-Jacques Annaud, “La Reine Margot” de Patrice Chéreau, “Ma femme est une actrice” d’Yvan Attal, “Astérix et Cléopâtre” d’Alain Chabat, et “Bienvenue chez les Ch’tis”, le grand succès de Dany Boon.

Il était président d’honneur de la Cinémathèque qu’il avait dirigée de 2003 à 2007.

Père de trois enfants de différentes unions, dont Thomas Langmann, le producteur du dernier Astérix, Claude Berri avait publié en 2003 un livre autobiographique, “Autoportrait”. Il était officier de la Légion d’honneur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related