Subscribe

Municipales : Le FN triomphe, la droite se réjouit, la gauche appelle au front républicain

Les responsables du FN ont crié victoire dimanche après le premier tour des municipales, tandis que les ténors de la droite se réjouissaient d’une vague bleue sanctionnant le gouvernement et que la gauche, sonnée, appelait à un front républicain.

Tous ont sonné la mobilisation des électeurs dimanche prochain, alors que l’abstention a atteint un record. PS et gouvernement veulent faire barrage au FN et demandent à la droite de faire de même. Pas d’alliance avec le FN mais pas non plus de front républicain, répond l’UMP.

– Jean-Marc Ayrault: “Certains électeurs ont exprimé, par leur abstention ou leur vote, leurs inquiétudes, voire leurs doutes”, a estimé le Premier ministre. “Là où le Front national est en situation de l’emporter au second tour, l’ensemble des forces démocratiques et républicaines ont la responsabilité de créer les conditions pour l’empêcher”, a-t-il affirmé.

– Marine Le Pen (FN): “Le Front national s’implante comme il le voulait et il le fait avec un cru exceptionnel”, a déclaré la présidente du Front national, pour qui ces élections marquent “la fin de la bipolarisation de la vie politique française”. Pour le second tour, elle laisse “la liberté” à ses électeurs : “faites ce que vous voulez, jugez en fonction peut-être de considérations locales”.

– Najat Vallaud-Belkacem (porte-parole du gouvernement): “La position du PS est très claire: nous ferons tout pour empêcher qu’un candidat FN emporte une municipalité”, a affirmé la ministre, ajoutant qu’elle aimerait bien connaître “les intentions des camps d’en face”.

– Jean-François Copé (UMP): “Les conditions d’une grande victoire sont réunies pour le second tour”, a estimé le président du principal parti d’opposition. Il a aussi appelé “celles et ceux qui ont voté pour le FN pour marquer leur colère” à “reporter leurs voix” sur les candidats de l’UMP pour le second tour.

– François Fillon (UMP): “Vis-à-vis du Front national, aucun désistement et aucune alliance ne peuvent être, pour l’UMP, envisagés”, a lancé l’ex-Premier ministre. “Le score du vote protestataire (…) augmente de façon significative, lorsque la gauche gère la France”, a-t-il estimé, invitant “les électeurs ayant voté pour le Front national à nous rejoindre dimanche prochain”.

– David Assouline (PS): Le porte-parole du Parti socialiste a regretté “l’abstention importante” et la “hausse inquiétante” du Front national. Il a appelé, pour le deuxième tour, à “mobiliser les abstentionnistes de gauche”, à “tout faire pour empêcher” le FN “de conquérir des villes” et à faire élire les équipes marquées par “la solidarité” ou encore le “sérieux de gestion”.

– Cécile Duflot (EELV): “Il ne faut pas mettre la tête dans le sable et être lucide”, a déclaré la ministre, qui pense qu'”il y a une forme de déception qui s’est exprimée dans l’abstention”.

– Emmanuelle Cosse (EELV): “Les résultats sont contrastés. Il y a un très clair recul de la gauche, mais nous avons des estimations plutôt bonnes sur nos listes autonomes. Et nous sommes évidemment préoccupés d’une part par le niveau de l’abstention et d’autre part par le niveau de l’extrême droite”.

– Jean-Luc Mélenchon (PG): “Il y a désaveu, on va pas raconter d’histoires, ce soir la gauche subit une défaite”, selon le coprésident du Parti de gauche (PG), qui note aussi, au vu de “bons scores” du PG, qu'”à l’intérieur de la gauche, il y a un rééquilibrage qui est en train de se faire”.

– Rama Yade (UDI): “J’appliquerai le front républicain, à une seule exception près, où là je m’abstiendrai, si le candidat de la gauche apparaît comme ayant été condamné par la justice pour des faits de corruption”.

– Frédéric Lefebvre (UMP): “L’effet boomerang des méfaits politiques qui font tant de mal, les écoutes, les promesses sans lendemain, a joué à plein”.

– Florian Philippot (FN): “Le Front était jusqu’ici un vote national, nous sommes en train de démontrer qu’il est aussi un vote local, un vote qui s’est enraciné, un vote qui s’est professionnalisé”, a expliqué le vice-président du parti. Pour le second tour, “l’UMP et le PS, ici ou là, essaient déjà de se mettre d’accord” mais “je sais que les électeurs ne suivront pas”.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related