Subscribe

Mustapha El Atrassi à l’affiche du Laugh Factory de Los Angeles

Alors qu’il vient terminer sa troisième et dernière saison dans le 6/9 de NRJ, aux côtés de Nikos Aliagas, Mustapha El Atrassi, le roi du stand-up français, entame une série de spectacles au Laugh Factory de Los Angeles.

C’est aux Etats-Unis, dans le pays de ses comiques préférés, que Mustapha El Atrassi va jouer pendant un mois. Actuellement au Canada,pour le festival Juste pour rire de Montréal, il présentera durant tout le mois d’août une série de cinq spectacles par semaine au Laugh Factory, lieu culte pour les humoristes américains, où il fêtera d’ailleurs ses 26 ans.

Un challenge pour ce jeune pro du stand-up, ces monologues comiques très populaires outre-Atlantique, dont il a fait sa marque de fabrique en France. « J’ai découvert ça à onze ans, à Londres », se souvient-il. « Avant ça, j’avais toujours pensé que le théâtre était destiné à une certaine élite. J’imaginais seulement les pièces de Molières avec les grands costumes. »

Sur scène depuis ses onze ans

Enfant turbulent, il trouve sur scène un moyen de concentrer toute son énergie. « Mes parents étaient ravis ! ». Poussé par son professeur de français, le Tourangeau s’inscrit à des cours d’improvisation pour participer au championnat de France. Il décroche la deuxième place et décide d’en faire son métier. A 15 ans, il prend le train en cachette pour Paris, et fait des auditions au théâtre Le Point Virgule. « C’est là où j’ai rencontré mon producteur, qui est devenu mon manager. »

Premier one-man-show, premiers succès. Entre temps, il part pour le Maroc, pays d’origine de ses parents, où il devient l’un des personnages principaux de la sitcom R’BIB. « Symboliquement, c’était drôle. Mes parents sont partis en France pour travailler et envoyer de l’argent à leur famille au Maroc. Moi j’ai fait l’inverse. » Malgré une certaine notoriété auprès des jeunes téléspectateurs, il décide de retourner en France pour faire carrière.

A 17 ans, le bac en poche, il quitte définitivement la Touraine pour les planches de la capitale, et les plateaux télévisés. Après l’avoir remarqué au Théâtre Trévise, Laurent Ruquier lui propose en septembre 2007 une chronique humoristique dans l’émission On n’a pas tout dit. « J’étais le premier humoriste à avoir signé avec Sony BMG », déclare fièrement Mustapha. De France 2, il rejoint ensuite Canal + et Salut les Terriens!, l’émission de Thierry Ardisson, en janvier 2008.

Six mois plus tars, c’est NRJ qui lui fait de l’œil pour sa matinale, le 6/9, qu’il animera pendant trois ans, notamment avec Nikos Aliagas. « Quand Nikos a dû s’absenter pour des problèmes de santé, j’ai eu la chance de le remplacer.  Je me sentais plus comédien que journaliste. A 25 ans, j’étais à la tête d’une émission sur NRJ. » En parallèle, le Théâtre du Temple le programme pour cents soirée et en 2009, c’est la consécration avec une représentation exceptionnelle à l’Olympia.

Stand-up au Laugh Factory, une émission sur NRJ 12 et l’écriture d’un film en préparation

Dans quelques jours, Mustapha El Atrassi aura son nom en haut du Laugh Factory de Los Angeles. Un rêve de gosse. « J’ai toujours voulu jouer aux Etats-Unis. Quand j’ai fait les auditions en 2010, j’ai été le seul sélectionné ce jour-là, parmi  une cinquantaine d’Américains.»

Inspiré par les pro du stand-up américain, à l’image de Georges Carline, Lenny Bruce, Louis C.K. ou Chris Rock, l’artiste n’a pas peur de faire rire dans la langue d’Héminguay. « J’ai un accent mexicain quand je parle anglais, ça a son charme. J’ai beaucoup de défauts, mais ma grande qualité, c’est celle de m’adapter. Si on me laisse vingt minutes avec des Chinois, j’ai les yeux bridés à la fin! »

Son spectacle californien promet donc d’aborder les thèmes universels comme les relations humaines, l’actualité, et bien évidemment les différences franco-américaines. « Attention, je ne veux pas être communautaire», prévient-il. « Mais étant donné mon profil, Français et musulman, je pense qu’il y a des choses à dire, surtout aux Etats-Unis.»

Les fans de Chicago et de Las Vegas auront peut-être la chance de voir Mustapha El Atrassi en représentation, même s’il restera majoritairement sur la côte Ouest cet été. Et pour ceux qui ne seraient pas dans la baie des anges à ce moment-là, son premier DVD éponyme, dont le spectacle a été enregistré à La Cigale, sera disponible en novembre prochain.

Entre temps, le jeune spécialiste du stand-up devrait débuter l’écriture d’une comédie en octobre et a présentera trente nouvelles émissions de La nuit nous appartient, sur NRJ 12.

Pour en savoir plus:

Mustapha El Atrassi sera au Laugh Factory de Los Angeles au mois d’août.

A voir:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related