Subscribe

Nancy Wake : décès d’une héroïne de la résistance française

Nancy Wake, héroïne australienne de la Seconde guerre mondiale et membre de la Résistance française, décédée dimanche à Londres à 99 ans, était une “sacrée femme” et une “force de la nature”, estime un de ses anciens compagnons d’armes du Special opérations executive (SOE).

Bob Maloubier, l’un des deux derniers survivants français du SOE (service de sabotage créé par Churchill au début de la guerre), a qualifié Nancy Wake, surnommée “la Souris blanche” pendant la guerre en raison de sa capacité à échapper aux soldats allemands, de “sacrée femme”.

“Cette force de la nature était drôle, tonitruante et truculente”, se souvient Bob Maloubier, qui raconte que Nancy Wake buvait quotidiennement son whisky dans sa maison de retraite en Grande-Bretagne.

“Elle ne craignait rien ni personne”, ajoute Bob Maloubier, racontant qu’elle avait parachutée en France en avril 1944 avec Denis Rake, un autre agent du SOE. Celui-ci avait été fait prisonnier et Nancy Wake avait alors monté une opération armée avec des résistants pour le délivrer.

Bob Maloubier rappelle que Nancy Wake avait écrit “La Gestapo m’appelait la souris blanche, Une Australienne au secours de la France”, traduit et adapté de l’anglais aux éditions du Félin en 2001.

Elle avait été promue officier de la Légion d’honneur en 1988 à Sydney à bord du porte-hélicoptère Jeanne d’Arc. Elle était également titulaire de la Croix de guerre 1939-1945 (avec 2 palmes et 1 étoile d’argent), de la Médaille de la Résistance et de plusieurs décorations d’autres pays alliés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related