Subscribe

Nannerl Mozart, un génie dans l’ombre de son frère

Dans la famille Mozart, on connaît tous Wolfgang Amadeus. On connaît moins l’histoire de sa sœur, Nannerl, et de son renoncement à la musique au profit de son frère. Un destin brisé dont s’empare René Féret dans son film Nannerl, la sœur de Mozart, en salles le 19 août aux Etats-Unis.

“C’est en lisant des lettres de Léopold Mozart, le père de Wolfgang, que j’ai découvert l’existence de sa sœur, Nannerl. Une musicienne exceptionnelle, comme lui, mais qui a eu le malheur de naître femme », explique René Féret. L’injustice subie par cette femme prodige réduite au silence par sa condition féminine a tout de suite interpellé le cinéaste. Un réalisateur discret qui a tracé son sillon de films personnels ou semi-autobiographiques, avec une attirance pour les destins de solitaires ou de marginaux.

“L’Amadeus de Milos Forman est LE film sur Mozart qui a marqué les consciences. Il n’était pas question pour moi de broder sur le même thème. Je ne suis pas venu à Nannerl par l’intérêt pour Mozart, ni par celui de la musique, mais par le thème de l’empêchement artistique.” Son désir est contrecarré par la société codifiée dans laquelle elle évolue.
Austère dans son rythme – deux heures et une absence quasi totale d’action – Nannerl brille par la beauté de ses costumes, ses décors minimalistes et son traitement ultra-réaliste. “Je vais à l’encontre d’un classicisme trop posé. Je porte ma camera à l’épaule et certaines scènes de mon film sont éclairées à la bougie.”

Une histoire de famille

Tenu de tourner dans des conditions financières difficiles, René Féret sollicite régulièrement sa famille et ses amis. Sa femme, Fabienne, a participé au montage. Son fils, Julien, a joué les assistants. Et ce sont les propres filles de René Féret – Marie (15 ans) et Lisa (13 ans) -, qui campent les deux rôles principaux du film : celui de Nannerl et de Louise de France.
Fasciné par l’exil forcé de la fille de Louis XV a l’abbaye de Fontevraud, loin de la cour de Versailles, René Féret a tissé le fil romanesque pour enrichir son scénario. “L’amitié entre Nannerl et les enfants royaux est purement fictionnelle, bien que vraisemblable. De même que l’intrigue sentimentale entre Nannerl et le Dauphin. ”

Nannerl, la sœur de Mozart, est surtout l’occasion de découvrir le destin d’une femme dans une époque. “Nannerl répare une injustice en redonnant du crédit à cette femme de talent, morte dans la misère après avoir veillé à la postérité de l’œuvre de son frère, poursuit René Féret. Cela n’enlève rien au talent de Mozart. Mais j’aimais l’idée de remettre les choses en place. Le vrai héros de mon film, c’est Nannerl.’’
Comme elle, bien d’autres femmes ont dû renoncer à leur talent. La liste est longue, mais on peut tout de même citer Clara Schumann, Alma Malher, ou Fanny Mendelshon. “Leur seul tort est d’être nées femmes.”

Bande-annonce

Infos pratiques :

“Nannerl, la sœur de Mozart”, un drame de René Féret avec Marie Féret, Marc Barbé, Delphine Chuillot durée: 2h. Sortie le 19 août 2011 en salles américaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related