Subscribe

Napoléon : les Cent-Jours, le spectacle musical d’un compositeur de Seattle

Depuis son enfance, Sean Richarz est un admirateur sans borne de Napoléon Bonaparte. Ce compositeur américain originaire de Seattle a décidé l’année dernière de mettre sa musique au service de sa passion pour l’histoire de l’empereur français. Il est en train d’achever l’écriture d’un spectacle musical sur les Cent-Jours de Bonaparte.

D’où vous vient cet intérêt pour l’histoire de Napoléon Bonaparte?

J’adore l’histoire et l’histoire militaire en particulier. Napoléon est sans doute l’un des meilleurs stratèges que les XVIIIème et XIXème siècles aient connu. Je me suis intéressé à Napoléon très jeune. Ma mère a gardé l’une de mes copies de 5ème où j’avais eu la meilleure note et dans laquelle je racontais la bataille de Waterloo ! Et c’est amusant parce que ma sœur a découvert il y a cinq ans en faisant des recherches sur notre famille que l’un de nos ancêtres était tambour dans l’armée de l’empereur français !

Pourquoi avoir choisi la période des Cent-Jours (ndlr, la période suivant le premier exil sur l’île d’Elbe de l’empereur déchu et pendant laquelle Napoléon cherche à reconquérir le pouvoir. Elle s’achève le 8 juillet 1815 avec la restauration de Louis XVIII, qui marque le retour des Bourbons à la tête du pays) ?

Lorsque j’ai commencé à composer, je me suis demandé comment j’allais réussir à raconter une histoire aussi riche et longue en un temps si restreint. Il fallait que je trouve une unité temporelle et musicale et j’ai pensé que la période des Cents-Jours était un excellent condensé de la carrière de Napoléon : son retour triomphal, son apogée et sa chute.

Comment vous êtes-vous documenté sur cette période ?

J’avais déjà lu énormément d’ouvrages sur Napoléon avant de commencer à écrire. J’ai également regardé beaucoup de documentaires TV et je suis tombé par chance sur l’un d’entre eux dans lequel David Markham, un chercheur américain spécialiste de Napoléon, intervenait. J’ai donc décidé de le contacter pour lui parler de mon projet. Il s’est avéré que David Markham était président de la Société Napoléonienne Internationale. Il m’a beaucoup aidé dans mes travaux de recherche et a été le premier à m’inviter à jouer des extraits du spectacle lors d’une conférence organisée par la société.

Vous êtes-vous inspiré de la musique française de l’époque pour composer ?

Oui, tout à fait. Deux styles musicaux dominent dans mon spectacle : le style que l’on pourrait qualifier d’« épique », inspiré des marches jouées dans l’armée napoléonienne, et le style, plus populaire, des chants corses de l’époque. Ce deuxième style, on peut l’entendre par exemple au moment où le narrateur -qui est aussi mon ancêtre tambour- rentre dans sa famille après une longue période de combat.

Un des passages du spectacle reprend le célèbre discours d’adieu de 1814 à Fontainebleau, dans lequel Napoléon s’adresse à sa vieille garde. Avez vous utilisé à d’autres moments des paroles directement tirées d’écrits de Napoléon ?

J’ai glissé quelques dialogues ça et là qui ont effectivement été prononcés par Napoléon ou par ses proches, et que j’avais trouvés dans des ouvrages à son sujet. Il y a par exemple un épisode où la sœur de Napoléon offre un collier de perles à l’assistante de l’empereur au moment où tous deux quittent l’île d’Elbe. Ce petit dialogue est tiré d’un écrit de Napoléon que j’ai repris. Mais, globalement, la plupart du spectacle a été réécrit.

Le spectacle est entièrement écrit en anglais. Comptez-vous un jour le traduire dans la langue de Molière ?

J’attends de voir comment il sera reçu ici pour me lancer dans une version française. Pour l’instant, j’ai été invité à présenter des extraits au Congrès international sur Napoléon qui a eu lieu l’été dernier à Ajaccio, en Corse, et il y a très bien été reçu. Mais le spectacle ne sera joué en entier qu’en juillet 2010, à Seattle.

Infos pratiques

Site internet de la comédie musicale: www.napoleonthemusical.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • New York se prépare au marathon de la Fashion WeekNew York se prépare au marathon de la Fashion Week J-8 et c'est parti ! Il est grand temps mesdames (messieurs !) de se préparer à accueillir, du 9 au 16 septembre prochains, la semaine de la mode à New York. L’impatience grandit, rien de […] Posted in Culture
  • Le « made in France »Le « made in France » Certains produits français cartonnent aux États-Unis. Explication de cette réussite servie sur un plateau « Les Français sont le seul peuple à parler de nourriture en mangeant ! », […] Posted in Culture