Subscribe

Nathalie Kosciusko-Morizet candidate à la mairie de Paris

L’ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé jeudi soir sa candidature à la primaire de l’UMP pour désigner la tête de liste pour les municipales parisiennes de 2014, quelques heures après le renoncement du président de l’UDI Jean-Louis Borloo.

“J’ai décidée d’être candidate à la mairie de Paris dans le cadre de la primaire ouverte qui a été annoncée. Je souhaite qu’elle soit ouverte le plus largement possible à tous les électeurs, à tous les Parisiens qui souhaitent l’alternance et à tous les candidats”, déclare la députée-maire UMP de Longjumeau dans une interview vidéo au journal Le Parisien, mise en ligne sur le site du quotidien. Elle affirme que sa candidature est “d’abord le fruit d’une réflexion personnelle”. “J’ai été sollicitée par des élus de Paris, par des Parisiens. J’ai beaucoup réfléchi, c’est une décision non pas de raison mais de passion. J’ai envie de mener cette bataille”, ajoute-t-elle.

En a-t-elle parlé avec François Fillon, un temps pressenti ? “J’ai naturellement parlé de ce projet avec beaucoup. Je ne suis la candidate de personne, adoubée par personne, je ne veux pas être la candidate d’un parti, je souhaite être la candidate des Parisiens. C’est la raison pour laquelle je défends tellement ce projet de primaire ouverte.” Prévenant que ce n’était “pas à elle de parler pour François Fillon”, l’ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle dit “souhaiter recevoir son soutien et peut-être son engagement dans cette campagne”.

Parachutage? “Si c’est un parachutage, c’est un parachutage en Pass Navigo”, répond en souriant Mme Kosciusko-Morizet. Souhaitant marquer sa différence par rapport à la candidate socialiste Anne Hidalgo, présentée comme “l’héritière d’un système”, NKM affirme n’être “la dauphine ou la protégée de personne”. “Le temps des combinaisons entre les partis politiques qui s’organisent à quelques-uns, secrètement dans les états-majors, comme le temps des successions, est un temps révolu”, estime-t-elle.

La députée n’épargne pas non plus le maire de Paris Bertrand Delanoë: “dans cette fin de mandat, il y a eu un défaut d’innovation, d’imagination”. La candidate annonce qu’elle démissionnera de son mandat de maire de Longjumeau “après le vote du budget dans dix jours”, qu’elle ne sera pas candidate à la présidence de l’UMP en septembre, et qu’elle démissionnera de son mandat de député si elle est élue maire de Paris. Elle ne ferme en revanche pas la porte à une candidature à la présidence de la République en 2017, déclarant: “Ce n’est pas le sujet. Mais je ne renoncerai jamais à défendre mes convictions. Ce qui fonde le courage en politique, c’est l’engagement”.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui veut se présenter “dans un arrondissement de reconquête” esquisse la colonne vertébrale de son projet: “Il y a un double enjeu: retrouver le rayonnement et l’attractivité de la capitale à travers l’Europe et le monde, mais aussi la rendre aux Parisiennes et aux Parisiens qui aujourd’hui la fuient pour des raisons économiques ou dès qu’ils ont des enfants”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related