Subscribe

New York célèbre le danseur et chorégraphe Alwin Nikolais

Ce week-end, The Abrons Arts Center a mis à l’honneur l’artiste Alwin Nikolais, danseur, chorégraphe et professeur américain décédé en 1993. Il fut l’un des premiers à concevoir et réaliser un art total ; ses spectacles donnent la même importance aux danseurs, aux lumières, à la scénographie et à la musique. Une innovation à l’époque. Du 4 au 9 mai prochains, quatre autres chorégraphies seront présentées au Joyce Theater.

The Abrons Arts Center a célébré le centenaire de la naissance de l’artiste Alwin Nikolais, et présenté quatre de ses chorégraphies : Tensile Involvement (1955), Imago : The City Curious (1968), Noumenon (1953) et Kaleidoscope (1956). Le show a été dirigé par Alberto del Saz et Murray Louis, tous deux codirecteurs artistiques de la Nikolais – Louis Foundation. En 2006, Murray Louis avait reçu un American Dance Festival Award pour l’ensemble de sa carrière. Les artistes ont, quant à eux, été choisis parmi la Ririe-Woodbury Dance Company.

Le spectacle a débuté par la projection d’un court reportage sur Alwin Nikolais, ce qui a permis à chacun de (re)découvrir son visage, son travail, sa vie. Les danseurs sont ensuite intervenus, ravissant les yeux éblouis des spectateurs. Difficile de rester insensible aux déplacements des corps, tension par tension, à l’implication inouïe des uns et des autres par l’abstraction. La créativité s’est ainsi révélée sans égal et le processus créatif a semblé dépasser l’Artistique, avec un grand « A ». Il s’est dégagé, au-delà de la qualité du spectacle, une sensation générale indicible et c’est le cœur palpitant que chacun semblait se laisser attirer dans les méandres les plus agréables de la Danse, avec un grand « D ». La structure de l’image, élaborée à la perfection, et bien sûr les talents, grandioses, se mouvant sur la scène mystérieuse et spatiale, ont fait renaître les œuvres de leurs cendres. Des formes propres, équilibrées, fluides, déshumanisées, de la simultanéité, de l’énergie, de la passion, du mental, du merveilleux, les danseurs ont semblé offrir, en se livrant ainsi, ce qu’ils ont de plus cher au public : leur amour du mouvement et celui de la précision du détail, aussi infime soit-il.

Alwin Nikolais et sa troupe ont connu un immense succès à Paris, en 1968, où ils se sont produits au théâtre des Champs-Élysées. Après ce triomphe, et dès 1971, il s’est établi une relation artistique privilégiée avec le théâtre de la Ville, qui perdure aujourd’hui encore malgré le décès de l’artiste. En 1978, à l’initiative du ministère de la Culture et de la Ville d’Angers, a été créé le Centre National de la Danse Contemporaine que Alwin Nikolais a dirigé pendant trois ans. En décembre 1980, pour l’opéra de Paris, le chorégraphe a créé Schema et reçu un peu plus tard une très haute distinction, la Grande Médaille de Vermeil de la Ville de Paris. Alwin Nikolais est aussi chevalier de la Légion d’honneur et commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres. Il est décédé le 8 mai 1993 et est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Infos pratiques :

Du 4 au 9 mai prochains, quatre autres chorégraphies seront présentées au Joyce Theater : Tensile Involvement sera reprise, Liturgies (1983), Crucible (1985) et Tower (1968). Une rencontre sera, par ailleurs, organisée après le spectacle du mercredi 5 mai.

Mardi et mercredi 4 et 5 mai : 19 h 30
Jeudi et vendredi 6 et 7 mai : 20 h
Samedi 8 mai : 14 h, 20 h
Dimanche 9 mai : 14 h, 19 h 30
Différents tarifs : 49$, 35$, 19$, 10$
Renseignements auprès du Joyce Theater : www.joyce.org, 212-242-0800 ou au guichet 175 8th Avenue, 19th street, ouvert du lundi au dimanche de midi à 18 h.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related