Subscribe

New York : une architecte française présente des structures du futur

Stéphanie Bayard, architecte française et professeur d’université à New York, présente actuellement ses structures futuristes au Centre d’Architecture de la ville, dans le cadre de l’exposition « Make it work. Engineering Possibilities ». Rencontre.

Stéphanie Bayard est incontestablement une esthète mais c’est avant tout une technicienne : « Je n’aime pas les fioritures », dit-elle. « Ce qui me plaît en architecture, c’est l’intégration et la fonctionnalité. » Son installation, intitulée Framing Space, présentée dans le cadre de l’exposition « Make it work. Engineering

Possibilities » au Centre d’Architecture de New York, ressemble à un mécano géant suspendu entre ciel et terre.

Les deux structures métalliques tridimensionnelles qui composent l’installation, cherchent à offrir à l’espace un maximum de possibilités : les pièces, qui se montent comme des mécanos, permettent de concevoir des courbes flexibles pouvant s’adapter à n’importe quelle forme. Elles s’assemblent très facilement et peuvent être dupliquées à l’infini grâce à un logiciel de conception numérique.

L’architecte française et son associé, Phillip Anzalone, n’ont eu qu’un petit mois pour adapter à l’espace du Centre ces structures architecturales nodales sur lesquelles ils travaillent en temps normal dans le confinement de leurs laboratoires universitaires. Lorsqu’ils ne travaillent pas à leur compte – leur cabinet, AA64, a été baptisé d’après l’autoroute française du même nom -, Stéphanie Bayard est professeur aux universités de Pratt et de Parson et  Phillip Anzalone est en charge du «  Avery Digital Fabrication Lab » de l’université de Columbia.

« Le Centre, qui avait eu vent de nos recherches via l’une des étudiantes de Phillip, nous a contactés en décembre pour nous proposer de participer à l’expérience », explique Stéphanie Bayard. Les deux architectes se mettent alors au travail, assistés d’une vingtaine d’étudiants, pour investir l’espace offert. L’inauguration de « Engineering Possibilities » a eu lieu le 22 janvier.

L’exposition est une réflexion sur l’impact architectural des innovations technologiques. Elle présente des matériaux aux propriétés inédites, comme le béton translucide ou le béton malléable, à l’image de celui conçu par les étudiants de Phillip Anzalone pour le compte du groupe français Lafarge.  Elle dévoile également des projets éco-performants, comme un revêtement transparent photosensible, pouvant créer suffisamment d’énergie pour alimenter un bâtiment. Elle expose enfin des croquis et des maquettes de grands architectes, notamment les structures rétractables de Chuck Hoberman.

« C’est la première fois que nous exposons dans une galerie publique, et nous avons déjà été contactés pour exposer dans d’autres endroits aux États-Unis. C’est formidable. » L’installation a rendez-vous à l’automne pour une exposition à l’université de Virginie. Et un investisseur kenyan serait d’ores et déjà intéressé par la technologie. Il utiliserait la structure pour bâtir une école dans son pays.

Infos pratiques :

Exposition jusqu’au 25 avril 2009

Center for Architecture (AIA Chapter de New York)

536 Laguardia Place, NY

Lundi -vendredi : 9h00-20h00, Samedi 11h00-17h00.

www.aiany.org

www.aa64.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related