Subscribe

Nicolas Batum : “Le moment le plus difficile de ma carrière”

Malgré une première partie de saison de haut vol, l’arrière international français des Portland Trail Blazers, Nicolas Batum, traverse actuellement, à l’image de son équipe, une très mauvaise passe. Pour France-Amérique, le numéro 88 de la franchise de l’Oregon revient sur sa saison et sur l’échéance londonienne de l’été prochain.

France-Amérique : Comment va l’équipe malgré la lourde défaite enregistrée face aux Knicks de New York ?

Nicolas Batum : Le groupe essaye de remonter la pente et de sortir de cette spirale négative (ndlr : 8 défaites lors des 12 derniers matches). Après un début de saison satisfaisant, nous avons peu à peu perdu pied après plusieurs matches complètement ratés. Nous discutons entre nous et essayons de trouver des solutions pour inverser la tendance. Il nous faut réagir au plus vite, car il ne nous reste plus qu’une vingtaine de matches à disputer et nous ne sommes pas encore qualifiés pour les play-offs.

Que s’est-il passé face aux Knicks ?

Nous n’étions pas dans le match, tout simplement. Le fait de ne pas être en confiance nous amène à réaliser un très grand nombre d’erreurs sur le terrain et les Knicks en ont profité. New York a pris très rapidement un avantage conséquent, et nous n’avons pas réussi à entrer dans la rencontre. Je pense que l’on ne peut pas tomber aussi bas (soupirs)… L’entraîneur nous a même dit après la rencontre que ce match avait été pitoyable, et il nous a exhortés à faire preuve de fierté en essayant de défendre les couleurs de l’équipe. Il a parfaitement raison. Le fait d’aussi mal jouer est un manque de respect pour le club et surtout pour nos fans qui nous soutiennent en toutes circonstances.

Personnellement, comment vivez-vous cette situation ?

J’ai perdu un peu en confiance en moi après avoir traversé une très bonne période il y a environ un mois. En période de doute, on se remet en question et on réfléchit beaucoup trop. Je n’ai pas d’autres solutions que de mettre le “bleu de chauffe” et travailler dur pour inverser la tendance.

Aviez-vous déjà vécu une telle situation auparavant ?

Non. Depuis que j’ai débuté le basket, je n’ai jamais vécu une période pareille. Même lorsque j’évoluais en catégories de jeunes. D’un point de vue collectif, c’est le moment le plus difficile de ma carrière. Je ne vais pas vous cacher que c’est assez frustrant à vivre.

Revenons sur votre excellente forme du mois de février dernier. En 4 saisons dans la ligue, était-ce le meilleur moment de votre carrière en NBA ?

Oui, je pense que c’était le meilleur mois de ma carrière en NBA. Je me sentais très en forme et en grande confiance. J’ai réalisé quelques très belles performances en attaque et j’ai été efficace en défense. J’ai prouvé à quel niveau je pouvais jouer.

Le club n’a toujours pas décidé s’il souhaitait prolonger votre contrat l’été prochain. Votre avenir est-il ailleurs qu’à Portland  ?

Je ne sais pas. Je ne ferme pas la porte à Portland étant donné que c’est le club qui m’a donné la chance de jouer en NBA. J’ai beaucoup appris ici. Après, je vais étudier toutes les propositions que j’aurai en main afin de faire le meilleur choix possible pour la suite de ma carrière.

Malgré votre jeune âge (23 ans), vous êtes l’un des cadres de l’équipe de France aux côtés de Tony Parker et de Boris Diaw…

J’ai pris de l’importance en équipe de France depuis quelques années et je suis plutôt satisfait de mon apport dans le collectif des Bleus. J’essaie d’apporter ma pierre à l’édifice afin d’aider l’équipe à gagner et à progresser. Mes responsabilités en sélection sont de plus en plus importantes, mais je n’oublie jamais que le collectif prime toujours.

Pensez-vous déjà à l’échéance olympique de l’été prochain ?

Oui, j’y pense très souvent. J’ai tellement hâte d’être à Londres et de vivre cette aventure exceptionnelle. Jouer aux J.O, c’est un rêve d’enfant. Après, il ne faut pas aller aux Jeux pour faire de la figuration. C’est une compétition très importante qui peut permettre au basket français de continuer à progresser.

Atteindre le podium est-il un objectif envisageable ?

L’équipe de France traverse une très bonne phase après la médaille d’argent obtenue lors des derniers championnats d’Europe et nous allons essayer de rester sur cette dynamique. Je pense que l’on doit avoir le podium comme objectif. Nous pouvons aller chercher une médaille. Même si la concurrence sera rude, avec les Etats-Unis, l’Espagne et l’Argentine, je suis convaincu que nous avons les moyens de faire de très belles choses.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related