Subscribe

Nicolas Dornic se lève pour Dupont-Aignan

A 42 ans, Nicolas Dornic se lance en politique pour représenter les couleurs de Debout la République aux législatives en Amérique du Nord. S’il n’a pas encore l’investiture officielle du parti, il entend bien défendre à l’Assemblée nationale les idées de Nicolas Dupont-Aignan. Arrivé aux Etats-Unis il y a 10 ans en tant que serveur, il est aujourd’hui manager dans une société d’importation de vins installée en Virginie.

France-Amérique : Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter ?

Nicolas Dornic : Je pense avoir les qualités requises pour le poste. J’ai une longue expérience de l’expatriation. Je connais bien les problématiques de visas, mais aussi d’éducation car je suis père de deux enfants. Je suis quelqu’un de curieux, prêt à comprendre le fonctionnement de l’Assemblée nationale. L’autre raison qui m’a poussé à me présenter, c’est de voir des candidatures de “personnalités” politiques basées en France. Ça m’a choqué.

Si vous n’avez pas encore le soutien officiel de Debout la République, ce sont leurs idées que vous vous engagez à défendre ?

Oui, je suis un militant de Debout la République. Il y a un an, j’ai découvert Nicolas Dupont-Aignan et j’ai compris que l’on partageait les mêmes idées politiques. Et je veux le représenter en Amérique du Nord.

Vous ne pensez pas que votre manque d’expérience en politique soit un inconvénient ?

Je pense que le candidat qui va gagner ne sera pas forcément celui qui a la plus longue expérience politique. Quand les Français viennent s’installer à l’étranger, ils prennent du recul et ne revotent pas pour ceux à qui ils avaient donné leur voix dans le passé.

Que pensez-vous apporter à cette campagne avec votre candidature ?

Une indépendance d’esprit par rapport aux grands groupes politiques. C’est très important. La France a besoin de candidats neufs et jeunes. Il faut sortir des idées qu’on a déjà expérimentées en France.

Quelle sera votre tâche première en tant que député si vous êtes élu ?

Mieux informer les Français sur leurs droits. Beaucoup de gens ne sont pas au courant des aides financières qu’ils peuvent obtenir pour l’éducation par exemple, pour la retraite, etc. Je veux aussi créer un lien plus fort entre les Français d’Amérique du Nord. Il va falloir faire un travail de fond afin d’organiser de vrais réseaux. Nous devons mieux réunir nos forces.

Quelles sont vos propositions en matière d’éducation ?

Je veux maintenir la gratuité pour le lycée. L’étendre au niveau inférieur ce serait évidemment bien, mais je ne sais pas si cela est possible. Aussi, je pense qu’il y a quelque chose à faire avec les nombreuses femmes d’expatriés qui n’ont pas de travail. Elles pourraient monter de petites écoles maternelles. Je suis sûr que beaucoup d’entre elles seraient motivées pour créer des écoles avec l’aide de fonds privés ou publics. Je pense qu’on pourrait monter 2 à 3 établissements scolaires par an.

Est-ce qu’il faut selon vous reproduire la France à l’étranger ?

Non, bien évidemment. Pour l’assurance santé par exemple, il y a des choses à faire pour les expatriés mais il faut savoir où on va quand on s’installe aux Etats-Unis. Ou alors on reste en France.

La page Facebook de Nicolas Dornic

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related