Subscribe

Nicolas Sarkozy à New York sur fond de crise financière

Nicolas Sarkozy a débuté aujourd’hui une visite officielle de deux jours à New York. Il doit notamment s’adresser, demain, à l’Assemblé générale de l’ONU et aborder les turbulences que traverse l’économie mondiale. Il est accompagné par son épouse Carla Bruni-Sarkozy .

La crise financière et bancaire qui a ébranlé les Etats-Unis ces dernières semaines et qui a eu des répercussions dans le monde entier, s’annonce comme le sujet dominant de la visite de Nicolas Sarkozy aujourd’hui et demain à New York. Le président de la République doit prendre la parole demain à l’occasion de l’ouverture de la 63e Assemblée générale des Nations unies et évoquer les turbulences que traverse l’économie mondiale.

Le 25 septembre 2007, dans son premier discours à l’ONU, il avait solennellement demandé aux Nations unies de prendre “en main la moralisation du capitalisme financier” et la question d’une “plus juste répartition des profits, de la rente des matières premières, des rentes technologiques”. “Un an après, on peut dire que l’Histoire lui a donné raison”, estime un conseiller du chef de l’Etat interrogé par l’agence Reuters.

Les autorités américaines ont dû venir au secours du plus grand assureur mondial, AIG, et préparent un plan pour remettre de l’ordre dans le système financier des Etats-Unis pour un coût qui se chiffrera en centaines de milliards de dollars. Des institutions, comme la banque d’investissement Lehman Brothers, ont fait faillite. Merrill Lynch et Bear Stearns ont été rachetées en catastrophe.

Les banques et les marchés financiers du monde entier ont désormais les yeux tournés vers Washington où l’administration Bush et le Congrès vont tenter dans les prochains jours de s’entendre sur un plan de 700 milliards de dollars pour sauver le système financier américain.

L’annonce de ce plan, dont les détails doivent encore être précisés, a provoqué une flambée historique des Bourses dans le monde vendredi. Elle a de nouveau soutenu les cours des actions en Asie lundi, mais les Bourses européennes étaient en légère baisse en matinée. La crise financière s’est rapidement déplacée sur le terrain politique aux Etats-Unis avec le début, ce week-end, des discussions entre le gouvernement républicain et le Congrès contrôlé par les démocrates.

En pleine campagne électorale, républicains et démocrates vont devoir rapidement trouver un accord pour adopter le plan du secrétaire au Trésor Henry Paulson alors que des divergences de vues sont déjà apparues. Les démocrates souhaiteraient que le plan ne se limite pas au secteur bancaire mais vienne aussi au secours des ménages victimes de la crise des crédits “subprime”. Ils voudraient aussi y inclure des mesures de relance économique qu’ils avaient proposées mais que le président George Bush a refusé.

Les républicains préfèreraient un plan concentré sur le secteur financier. “Nous devons faire propre et simple”, a déclaré John Boehner, le leader de la minorité républicaine à la Chambre des représentants. Le plan de sauvetage consistera à débloquer des fonds publics pour racheter les créances douteuses qui plombent le bilan des banques et entretiennent le doute sur la santé du système financier.

Outre son discours à l’ONU mardi, Nicolas Sarkozy doit participer, aujourd’hui à une réunion sur les besoins en développement de l’Afrique, organisée par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Lors d’un déjeuner de travail avec ce dernier, le président de la République devrait notamment évoquer la lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe d’Aden, qui a déjà fait l’objet de deux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. La France entend proposer une troisième résolution visant à traiter le problème des cargos pris en otage par les pirates et utilisés par ces derniers pour des opérations de piraterie à plusieurs centaines de km des côtes somaliennes.

Aucune rencontre n’est prévue à ce jour avec les présidents américain et russe, George Bush et Dmitri Medvedev. En revanche, Nicolas Sarkozy verra notamment, dans le cadre de ses entretiens bilatéraux, le nouveau président pakistanais, Asif ali Zardari. Au cours de son séjour à New York, Nicolas Sarkozy se verra remettre deux prix. Ce soir, la Fondation Elie Wiesel pour l’Humanité lui décernera son “Humanitarian Award”. Demain, c’est la fondation Appeal of Conscience, du Rabbin Arthur Schneier, qui le désignera homme d’Etat de l’année. Le président français sera accompagné par son épouse Carla, avec qui il est arrivé dès samedi après-midi à New York. Il doit rentrer à Paris mercredi matin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related