Subscribe

Nicolas Sarkozy centre son discours sur l’immigration

Nicolas Sarkozy a attaqué les socialistes frontalement, lancé une salve de propositions très offensives sur la justice et l’immigration, et est revenu sur la polémique autour de la viande halal, samedi lors d’une réunion publique à Bordeaux.

“Honte à ceux qui se sont joints aux séparatistes basques”, a lancé Nicolas Sarkozy, faisant allusion aux militants socialistes qui l’ont, selon lui, hué et insulté jeudi lors de sa venue à Bayonne. Sans le nommer, il a dénoncé le “cynisme” de François Hollande et sa proposition d’une nouvelle tranche à 75% pour les revenus supérieurs au million d’euros: “Quand on propose un taux d’imposition de 75% pour faire payer les riches et que l’on explique le lendemain que cela  – je cite – n’a pas vocation à rapporter un seul euro au budget de l’État, donc à faire payer un seul euro aux riches, je dis que c’est du cynisme” et “ceux qui disent cela sont des tartuffes”.

Déroulant une nouvelle fois le thème de “l’immigration choisie”, il s’est dit favorable à “mettre des conditions au regroupement familial: un travail, un logement décent, l’engagement à apprendre le français”. Après plusieurs lois dites sécuritaires pendant son quinquennat, Nicolas Sarkozy a proposé samedi à Bordeaux qu’un “condamné ne puisse pas bénéficier d’une remise en liberté conditionnelle avant qu’il ait effectué au moins les deux tiers de sa peine”. Il s’est aussi prononcé “pour un droit d’appel des victimes pour les décisions des cours d’assises, pour la détention provisoire et l’exécution des peines”.

Le président-candidat a également proposé d’étendre les jurys populaires à la mise en détention provisoire et l’application des peines”, et affirmé que “l’obligation de réparer le dommage” devait être une “priorité de la politique pénale des mineurs”. Dans son viseur, une autre proposition de son adversaire, l’octroi du droit de vote aux étrangers extra-communautaires, qui serait, d’après le chef de l’Etat, “une atteinte à la République”: “C’est ouvrir la voie au vote communautaire. C’est mettre les maires sous la menace du chantage communautaire”.

La veille, son ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, avait déclaré: “Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent par exemple obligatoire la présence de la nourriture halal dans les repas des cantines”. Le président sortant a plaidé samedi à Bordeaux en faveur de “l’étiquetage de la viande en fonction de la méthode d’abattage”, en pleine polémique sur la viande halal également alimentée par Marine Le Pen.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related