Subscribe

Nicolas Sarkozy et Barack Obama rendent hommage au président polonais tué dans un accident d’avion

Le président Nicolas Sarkozy a exprimé samedi sa « très grande émotion » et sa « profonde tristesse » après l’accident d’avion qui a coûté la vie samedi au président polonais Lech Kaczynski et à son épouse. Barack Obama parle d’un décès « épouvantable pour la Pologne, les États-Unis et le monde. »

« En ce moment si douloureux », le chef de l’État « transmet toute sa sympathie à la famille du président Kaczynski ainsi qu’à l’ensemble des familles des victimes de cet accident et tient à exprimer, en son nom personnel et au nom du peuple français, ses condoléances les plus attristées », peut-on lire dans un communiqué publié par l’Élysée. Le président américain Barack Obama a pour sa part estimé samedi que le décès de Lech Kaczynski était « épouvantable pour la Pologne, les États-Unis et le monde. »

Le président polonais, ainsi que plusieurs hauts responsables du pays, ont été tués samedi dans le crash de leur avion Tupolev-154 près de Smolensk, dans l’ouest de la Russie, dans lequel les 96 occupants ont péri. Parmi les victimes figurent également le président de la Banque centrale polonaise, Slawomir Skrzypek, et le chef d’état-major des forces armées, Franciszek Gagor, ainsi que les principaux chefs de l’armée polonaise, selon les autorités du pays.

Lech Kaczynski et son épouse se rendaient avec d’autres hauts responsables polonais à Katyn, près de Smolensk, pour se recueillir sur les tombes d’officiers polonais exécutés il y a 70 ans par la police de Staline. Le Tupolev-154 s’est écrasé à 10 h 50 locales (06 h 50 GMT) près de la piste d’atterrissage de cet aéroport militaire, à l’extrémité de la ville de Petchersk, à quelques kilomètres de Smolensk. Le corps du chef d’État polonais a été retrouvé sur les lieux de la catastrophe, a rapporté samedi l’agence de presse RIA Novosti, citant une source russe haut placée.

Pour Barack Obama, Lech Kaczynski « était un homme d’État qui a joué un rôle-clé dans le mouvement Solidarité, et qui était très admiré aux États-Unis en tant que dirigeant dévoué à la

liberté et la dignité de l’homme ». À Paris, Nicolas Sarkozy « salue la mémoire » de son homologue polonais, « animé par un patriotisme ardent » et qui « a consacré sa vie à son pays ». « Inlassable défenseur des idées auxquelles il croyait, il s’est toujours battu avec conviction pour les valeurs qui ont fondé son entrée en politique : la démocratie, la liberté et la lutte contre le totalitarisme », ajoute-t-il. « Son élection à la présidence de la République en 2005 a couronné une carrière tout entière vouée à la cause de la Pologne. Avec sa disparition, la France perd un ami profondément attaché au développement des relations entre nos deux pays », souligne encore le président de la République.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a aussi fait part de son « immense tristesse ». C’était « un homme d’État (…) aux grandes qualités morales » et qui avait mis « son engagement politique au service du peuple polonais ». « Au-delà du dirigeant politique éminent d’un grand pays ami, je souhaite saluer aussi la mémoire d’une personnalité chaleureuse pour qui je conserve une grande affection et avec qui nous avons surmonté de nombreuses épreuves », précise-t-il. « Il a toujours veillé à ce que le travail en commun entre la France et la Pologne se développe dans un esprit de dialogue et de confiance », souligne enfin Bernard Kouchner.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related