Subscribe

Nicolas Sarkozy garde la tête froide avant la remise du rapport public de l’Inspection générale des finances ce vendredi

Nicolas Sarkozy s’est dit “assez confiant” mercredi sur le fait que l’Inspection générale des finances (IGF) “ne trouvera pas de faute” imputable à Eric Woerth dans la gestion du dossier fiscal de Liliane Bettencourt, tout en n’excluant pas de “sanctionner” le ministre dans l’hypothèse inverse.

“J’ai souhaité que l’Inspection générale des finances examine les 6.500 dossiers qui sont passés par le cabinet d’Eric Woerth pendant qu’il était ministre du Budget” (mai 2007-mars 2010), a déclaré le chef de l’Etat, selon des participants à la réception des députés Nouveau Centre à l’Elysée. “Je ne sais pas du tout ce que le rapport, remis vendredi, va dire. S’il y a faute, je sanctionnerai (Eric Woerth) et s’il n’y a pas faute, je ne vois pas pourquoi je le sanctionnerais. Mais je suis assez confiant sur le fait que (l’IGF) ne trouvera pas de faute”, a-t-il ajouté, selon ces temoins.

Le ministre du Budget, François Baroin, avait annoncé le 30 juin qu’il saisissait l’IGF sur cette affaire. Il s’agit de “tout mettre sur la place publique”, avait-il ajouté. Eric Woerth, aujourd’hui ministre du Travail, est accusé de conflit d’intérêts alors que son épouse a travaillé pendant deux ans et demi pour une société gérant la fortune de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt, gestion sur laquelle pèsent des soupçons d’évasion fiscale.

L’IGF est placée sous la tutelle du ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi et du ministre du budget, et ses pouvoirs sont importants (contrôle sur pièces et sur place, rapports sur des sujets divers, etc.).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related