Subscribe

Nicolas Sarkozy joue la fermeté pour éteindre la contestation sur les retraites

Nicolas Sarkozy a abattu ses cartes dans le dossier des retraites en répétant qu’il ne bougerait plus d’un iota sur une réforme érigée en emblème, et compte sur une fissure du front syndical et les vacances pour voir la contestation s’essouffler.

Depuis plusieurs jours, la ligne rouge est tracée. A Deauville aux côtés de la chancelière Angela Merkel et du président russe Dmitri Medvedev ou en Gironde devant des étudiants et des chercheurs, le chef de l’Etat répète le même message de fermeté. Quel que soit le niveau de la contestation de rue, sa réforme des retraites ira jusqu’au bout. “Je mènerai à son terme la réforme des retraites car mon devoir en tant que chef de l’Etat est de garantir aux Français qu’eux-mêmes et leurs enfants pourront compter sur leur retraite”, a redit mercredi Nicolas Sarkozy devant le Conseil des ministres, au lendemain d’une 6e journée de mobilisation massive contre le projet du gouvernement. “Dans quelques jours la réforme des retraites sera la loi de la République”, a renchéri devant les députés le Premier ministre, François Fillon. “Ce matin, le président avait l’air de considérer que le gouvernement avait fait d’importantes concessions et que c’était fini”, témoigne un ministre, “il semblait surtout préoccupé par l’approvisionnement en essence”.

Depuis le week-end, Nicolas Sarkozy est monté en première ligne sur le front du blocage des dépôts d’essence et du maintien de l’ordre, convaincu de tenir là un moyen de discréditer la contestation. “Jusque-là, les syndicats avaient plutôt l’opinion pour eux, c’est une erreur de s’en prendre à la vie quotidienne des Français”, juge un ministre, “l’essence, c’est sacré”. “Les casseurs, c’est pas des images qui plaisent aux Français”, complète un responsable de la majorité. Quant à la mobilisation lycéenne, l’exécutif compte clairement sur le début des vacances de la Toussaint vendredi soir pour calmer les ardeurs contestatrices des jeunes. Et pouvoir, une fois le texte adopté par les sénateurs, tourner enfin la page de la contestation. “Il faut saturer la pièce d’oxygène pour éteindre l’incendie”, résume un ministre, “le vote au Sénat, les vacances, le remaniement à venir”.

Les syndicats doivent se revoir jeudi pour juger de l’opportunité d’une 7e journée de mobilisation. Certaines fissures sont apparues dans un front jusque-là uni, dont l’Elysée compte bien profiter. “Un projet de loi et une loi ce n’est pas la même chose”, a jugé le patron de l’Unsa Alain Olive, “les façons de les contester ne peuvent pas être les mêmes”. S’il refuse de céder sur une réforme qui lui permettre de se présenter en 2012 comme “le président qui a sauvé les retraites”, Nicolas Sarkozy est conscient des dégâts potentiels de ce bras de fer avec les syndicats, dont il se targue de les avoir souvent reçus à l’Elysée. Pour renouer le contact, le gouvernement pourrait profiter de deux amendements déposés au Sénat qui permettraient de rouvrir d’ici à l’avenir le débat sur une réforme “systémique” des retraites, comme le souhaite la CFDT. Son porte-parole Luc Chatel l’a toutefois exclu mercredi, indiquant qu’aucune “clause de revoyure” n’était à l’ordre du jour. Plus sûrement, Nicolas Sarkozy compte sur le prochain remaniement, annoncé en novembre, pour recoller les morceaux avec les syndicats.

Dans un entretien à paraître jeudi dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles, son bras droit Claude Guéant vante précisément les qualités sociales de Jean-Louis Borloo, fréquemment cité pour remplacer François Fillon Matignon. “C’est un orfèvre en matière sociale et il a l’oreille des syndicats”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related