Subscribe

Nicolas Sarkozy présente aujourd’hui le plan français contre la crise financière

Au lendemain du sommet européen à Paris pour faire face à la crise financière, Nicolas Sarkozy doit détailler ce lundi les “outils” français. Selon des sources parlementaires UMP, le plan français prendra la forme d’un projet de loi qui sera débattu dès mardi à l’Assemblée puis mercredi au Sénat en vue d’une adoption avant la fin de la semaine.

Le gouvernement adopte lundi après-midi, à la faveur d’un Conseil des ministres extraordinaire, la traduction française du plan de soutien aux banques mis au point par les quinze pays de la zone euro pour tenter d’enrayer les effets de la crise financière. Au même moment qu’Angela Merkel en Allemagne et Silvio Berlusconi en Italie, Nicolas Sarkozy va détailler lui-même à 15h00 (9h00, heure de New York) devant la presse les “outils” retenus par la France dans la “boîte” constituée dimanche au sommet de Paris, approuvée lundi par une forte remontée des marchés financiers.

“Ce soir, c’est le temps de l’Europe et de l’unité, dès demain, nous déclinerons dans chacun de nos pays des mesures nationales”, avait souligné dimanche soir le président en clôturant les travaux de l’Eurogroupe. Pour sa déclaration à l’Elysée, il sera entouré du Premier ministre François Fillon et du “pôle Bercy”, composé des ministres de l’Economie Christine Lagarde et du Budget Eric Woerth, plus les secrétaires d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez, à l’Industrie et à la Consommation Luc Chatel et au Commerce Hervé Novelli.

Nicolas Sarkozy a notamment promis de parler de “chiffres”, c’est-à-dire des sommes que l’Etat est prêt à engager pour faciliter le refinancement et, si besoin est, la recapitalisation des banques en difficulté. “Chaque pays dira lundi ses montants, au moins des ordres de grandeur”, a confirmé dimanche soir un proche conseiller du président. Dans son édition à paraître mardi, le quotidien Le Monde affirme que le plafond de l’engagement de l’Etat a été fixé à 300 milliards d’euros (402 milliards de dollars).

Selon des sources parlementaires UMP, le plan français prendra la forme d’un projet de loi qui sera débattu dès mardi à l’Assemblée puis mercredi au Sénat en vue d’une adoption avant la fin de la semaine. “Nous nous sommes engagés avec le Premier ministre à ce que toutes les décisions que nous annoncerons (lundi) soient efficientes, y compris dans leurs traductions législatives, avant la fin de la semaine”, avait souligné dimanche soir le chef de l’Etat.

Conformément aux mesures adoptées par l’Eurogroupe, ce projet de loi doit d’abord autoriser l’Etat à garantir des fonds pour faciliter le refinancement des banques en difficulté. Avec la crise mondiale qui les affecte, les établissements financiers répugnent, par crainte des faillites, à se prêter entre eux et rechignent à faire crédit aux entreprises et aux ménages, menaçant ainsi de ralentir l’ensemble de l’économie.

Selon le rapporteur UMP de la commission des Finances du Sénat Philippe Marini, l’Etat va donc mettre sur pied un nouvel organisme ad hoc, une sorte de “caisse de refinancement” qui pourrait émettre avec la garantie de l’Etat “des titres de dette” en faveur des banques. Le texte examiné lundi après-midi va également confirmer la mise en place d’un “dispositif permettant à l’Etat d’investir en fonds propres dans des groupes bancaires”, selon le sénateur Marini.

La semaine dernière, François Fillon avait annoncé la mise en place d’une “structure juridique” détenue et garantie par l’Etat et susceptible d’intervenir au cas par cas en faveur de banques en difficulté. Cet organisme porte déjà la participation de l’Etat dans la banque franco-belge Dexia, récemment sauvée de la faillite.

Dans la foulée du Conseil des ministres, Nicolas Sarkozy doit recevoir lundi à 16h30 à l’Elysée les présidents de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer, du Sénat Gérard Larcher et des groupes parlementaires afin de leur présenter son plan. Et mardi matin, il retrouvera, pour la troisième fois en deux semaines, ses bénéficiaires, les dirigeants des banques et assurances du pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related