Subscribe

Nicolas Sarkozy veut faire surveiller davantage les anciens détenus

Nicolas Sarkozy a demandé jeudi à Brice Hortefeux, après une rencontre avec la famille d’une femme tuée dans l’Essonne, d’étudier les moyens de surveiller davantage les condamnés ayant purgé leur peine, pour réduire les risques de récidive, a indiqué l’Elysée.

Lors de cette rencontre, Nicolas Sarkozy a indiqué que “cet assassinat et les circonstances dans lesquelles il s’est déroulé mettaient en lumière la nécessité absolue de poursuivre l’action entreprise en matière de lutte contre la récidive”, a indiqué la présidence dans un communiqué.

“Tirant les conséquences de ce drame, il a demandé au ministre de l’Intérieur de veiller, au besoin par une modification de notre législation, à une implication plus forte des services de police et de gendarmerie dans la surveillance désormais étroite des condamnés ayant achevé leur peine”, a poursuivi l’Elysée.

Nicolas Sarkozy présidera la semaine prochaine une réunion au cours de laquelle M. Hortefeux lui présentera ses propositions.

Le président a indiqué que le projet de loi destiné à limiter les risques de récidive présenté en novembre dernier en Conseil des ministres serait examiné “en priorité” par le Parlement avant la fin octobre.

Inspiré des propositions d’une commission dirigée par le Premier président de la Cour de cassation Vincent Lamenda, ce texte vise à renforcer la surveillance des criminels jugés dangereux qui ne peuvent pas être placés en rétention de sûreté à leur libération.

La loi sur la rétention de sûreté promulguée le 25 février 2008 prévoit que les personnes condamnées à quinze ans de prison ou plus, notamment pour des crimes de sang ou des viols aggravés, puissent être retenues dans des centres fermés à la fin de leur peine si elles sont considérées toujours dangereuses.

Mais le Conseil constitutionnel a jugé que cette mesure ne pouvait s’appliquer aux criminels condamnés avant la publication de la loi ou pour des faits commis antérieurement.

Nicolas Sarkozy avait alors demandé à la commission de lui proposer des mesures de surveillance susceptibles de s’appliquer immédiatement aux condamnés qui ont purgé leur peine, suscitant un tollé dans l’opposition et certains milieux judiciaires qui l’avaient alors accusé de chercher à s’affranchir de la décision du Conseil constitutionnel.

Le chef de l’Etat a réaffirmé sa volonté de conduire une “véritable réforme de la psychiatrie criminelle pour donner à notre pays une approche rénovée et prenant en compte les avancées constatées dans les pays les plus efficaces en matière de suivi des criminels sexuels”.

Il avait annoncé le 2 décembre une réforme de l’hospitalisation d’office après le meurtre, mi-novembre, d’un étudiant par un malade échappé d’un hôpital psychiatrique à Grenoble.

Nicolas Sarkozy a reçu dans l’après-midi, avec M. Hortefeux et la Garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie la famille de Marie-Christine Hodeau, retrouvée étranglée dans la forêt de Fontainebleau.

Son meurtrier présumé, condamné en 2002 à onze ans de prison pour le viol et l’enlèvement d’une adolescente, avait bénéficié d’une libération conditionnelle en mars 2007.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related