Subscribe

Nicolas Sarkozy vote démocrate et “espère” la réélection d’Obama

Nicolas Sarkozy a indiqué mardi qu’il espérait la réélection du président américain Barack Obama lors de la présidentielle prévue en novembre, le qualifiant de “très grand président”.

Invité de l’émission de France 2 Des paroles et des actes, il a expliqué que l’un de ses premiers déplacements à l’étranger, en cas de succès en mai, serait de se rendre en Allemagne, puis au Proche-Orient pour tenter de relancer le processus de paix israélo-palestinien. “Je regrette que l’Europe ne soit pas plus volontaire” sur ce dossier. “De surcroît, il y a une élection présidentielle aux Etats-Unis” à la fin de l’année, a noté M. Sarkozy.

“Donc le président Obama, qui est un très grand président, ne prendra pas d’initiative avant d’être réélu -j’espère qu’il le sera-, mais là il y a une place pour la France et une place pour l’Europe”, a-t-il dit.

La prise de position de Nicolas Sarkozy intervient alors que les électeurs de dix Etats américains se rendent aux urnes pour le “Super mardi” pour tenter de départager les quatre candidats à l’investiture républicaine. Le vainqueur sera opposé au président sortant, le démocrate Barack Obama, en novembre.

Deux mois après le coup d’envoi des primaires – organisées Etat par Etat – l’électorat conservateur ne parvient toujours pas à s’unir derrière un candidat. Attirés successivement par le conservateur Gingrich, vainqueur en Caroline du Sud, puis par M. Santorum, auteur d’une surprenante série de victoires en février, les républicains sont plus divisés que jamais.

M. Romney, un multimillionnaire considéré comme modéré, a fait une grande partie de la course en tête et reste favori, mais il peine toujours à convaincre la base conservatrice. L’affrontement prolongé entre républicains n’est pas pour déplaire aux partisans de M. Obama, qui voient les chances de leur champion augmenter à mesure que les indicateurs économiques s’améliorent. Interrogé mardi lors d’une conférence de presse sur ce qu’il avait à dire à Mitt Romney, M. Obama a répondu tout sourire: “bonne chance pour ce soir”, avant de passer à la question suivante.

Les 10 Etats du “Super mardi” doivent désigner plus de 400 délégués, sur les 1 144 nécessaires pour décrocher l’investiture. Parmi eux, la Géorgie et ses 76 délégués, l’Ohio (66 délégués) et le Tennessee (58 délégués) sont les plus importants. Les délégués iront représenter leur candidat à la convention nationale du parti qui désignera formellement en août à Tampa (Floride) l’adversaire de M. Obama.

Au niveau national, M. Romney mène en termes de délégués engrangés, avec 173 contre 74 pour M. Santorum, 37 pour M. Paul et 33 pour M. Gingrich, selon le site RealClearPolitics.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related