Subscribe

Niqab au volant : accusé d’adultère, le mari affirme n’avoir que des maîtresses

Menacé par le ministère de l’Intérieur d’être déchu de la nationalité française, Lies Hebbadj, le compagnon de la Nantaise verbalisée pour conduite avec un voile intégral, s’est défendu lundi d’être polygame, affirmant avoir des maîtresses, ce qui n’est « pas interdit en France ».

« À ce que je sache, les maîtresses ne sont pas interdites en France, ni par l’islam. Peut-être par le christianisme, mais pas en France », a dit le commerçant de 35 ans.

La semaine dernière, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a évoqué la possibilité de le déchoir de sa nationalité française en faisant valoir dans un courrier officiel qu’il appartiendrait à une mouvance islamique radicale, « vivrait en situation de polygamie avec quatre femmes dont il aurait eu 12 enfants », avec des soupçons de fraudes aux aides sociales.

« Si on est déchu de sa nationalité pour avoir des maîtresses, il y a beaucoup de Français qui seraient déchus de la nationalité », a ironisé Lies Hebbadj lundi. « On n’est pas attaqués judiciairement, on n’a rien à se reprocher », a-t-il dit.

Le parquet de Nantes a annoncé lundi dans un communiqué avoir ouvert une enquête préliminaire concernant Lies Hebbadj, à la demande de la préfecture de Loire-Atlantique pour “une suspicion de relations polygames” et des “interrogations sur la régularité des aides sociales dont bénéficierait plusieurs personnes de sexe féminin qui seraient en relation”.

“Ces faits susceptibles de recevoir des qualifications pénales ont justifié la saisine immédiate de la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes qui s’attachera dans le cadre d’une enquête préliminaire (…) à en vérifier la réalité”, a indiqué le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin.

L’affaire a suscité depuis une cascade de réactions. Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui, a dénoncé lundi « une dissymétrie dans la médiatisation » de cette affaire, comparé aux faibles échos du mitraillage de la mosquée d’Istres ce week-end. De son côté, le PS a dénoncé la volonté de Nicolas Sarkozy d’« exploiter » la question du voile intégral pour attirer « l’électorat d’extrême droite ».

Le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, a enfoncé le clou en demandant une « enquête approfondie » sur Lies Hebbadj, qu’il décrit comme « quelqu’un qui reconnaît 12 enfants à son nom », a « différentes épouses, dont deux habitent sous le même toit que lui », « une troisième qui habite dans un pavillon dans la même rue » et « l’autre qui habite à quelques rues de sa rue ».

Reste cependant à prouver la polygamie car, comme l’a dit le procureur de Nantes, « si un homme est marié civilement, mais a cinq maîtresses, l’adultère n’est plus puni par la loi ». En outre, la procédure de déchéance de nationalité, strictement encadrée par la loi, ne prévoit pas le cas de la polygamie. Poursuivre à ce titre comporte un risque, car une décision négative des juges ferait « jurisprudence », comme l’a reconnu lundi le ministre de l’Immigration, Éric Besson.

Lies Hebbadj, né à Alger et arrivé en France à l’âge de deux ans, a obtenu la nationalité française en 1999 après son mariage. Pour annuler son décret de naturalisation, il faudrait prouver qu’il était déjà marié civilement et qu’il l’avait alors dissimulé.

Pour contourner à la fois l’interdiction de polygamie inscrite dans le droit français et l’interdiction des relations sexuelles hors mariage prescrite par l’islam, certains musulmans recourent au mariage religieux pour cohabiter avec plus d’une femme.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related