Subscribe

Note US : les autres agences de notation prudentes après l’annonce de S&P

L’agence d’évaluation financière Moody’s considère comme “prématuré” un éventuel abaissement de la note des Etats-Unis, a affirmé un de ses analystes au New York Times dimanche, tandis qu’un responsable de l’agence Fitch disait qu’il fallait encore y réfléchir.

“Nous avons pensé qu’un abaissement de la note serait prématuré étant donné qu’ils (les parlementaires américains) sont parvenus à un plan de réduction du déficit”, a déclaré au quotidien américain Steven Hess, le principal analyste chargé de la note des Etats-Unis.

Moody’s a confirmé mardi la note “Aaa” attribuée à la dette publique du pays, mais a prévenu qu’elle pourrait être abaissée, en faisant passer de “stable” à “négative” la perspective sur cette note.

“Malgré le contexte politique conflictuel et les difficultés à trouver un accord, même si ce n’est pas l’accord idéal, ils ont tout de même conclu un accord que nous considérons comme un tournant dans la politique budgétaire”, a expliqué M. Hess, commentant la loi de “contrôle du budget” votée par le Congrès mardi.

Jugeant cet accord “insuffisant”, la concurrente de Moody’s, Standard and Poor’s, a émis un avis différent et abaissé vendredi la note des Etats-Unis, d’un cran à “AA+”, pour la première fois de leur histoire.

La troisième grande agence de notation, Fitch Ratings, n’a pas encore tranché. Selon le New York Times, les analystes chargés des Etats-Unis ont poursuivi leur travail et leurs calculs samedi.

Le directeur de la notation des Etats, David Riley, s’est refusé à dire quand une décision serait prise. “Notre note reste ‘triple A’ jusqu’au jour où elle changera”, a-t-il dit.

Mais d’après le New York Times, il a reconnu que même si Fitch confirmait comme Moody’s son “AAA”, la perte de ce “AAA” chez Standard and Poor’s aurait des conséquences importantes. “La décision de S&P a déjà affaibli le profil d’emprunteur des Etats-Unis”, a-t-il souligné.

Le président du comité de notation des Etats de Standard and Poor’s, John Chambers, a une nouvelle fois justifié cette décision dimanche.

“Je pense que le temps aidant, les gens finiront par s’apercevoir que le rang des Etats-Unis en tant qu’emprunteurs n’est vraiment pas tout à fait le même que les pays que nous notons AAA”, a-t-il déclaré lors d’un entretien sur la chaîne de télévision ABC.

Il a dressé un parallèle avec le Japon, qui a perdu son “AAA” chez S&P en 2001, trois ans après l’avoir perdu chez Moody’s.

“Il y a dix ans, nous avons abaissé la note du Japon. Ils sont alors la deuxième économie mondiale. Ils ont aussi une monnaie de réserve. Ce n’est pas la devise numéro un, mais c’est une monnaie de réserve. Et je pense que la plupart des gens sont d’accord avec cet abaissement de note”, a relevé M. Chambers.

Il a ajouté que la note des Etats-Unis ne devrait pas bouger dans l’immédiat, sauf “si l’état des finances publiques des Etats-Unis se dégrade encore ou si le blocage politique devient encore plus insoluble”.

“Techniquement parlant elle n’est pas sous surveillance. Nous avons une perspective négative, qui donne un cadre temporel plus long, de 6 à 24 mois”, a expliqué le dirigeant de S&P.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related