Subscribe

« Nous voudrions mettre en place des jumelages entre labos »

Trois questions à David Cox, généticien épidémiologiste d’origine américaine et chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) de Lyon. Il faisait partie de la délégation de 23 personnes qui accompagné en Californie Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon.

En quelle qualité êtes-vous parti pour la Californie ?

Je représentais le Centre de recherche en cancérologie Lyon-Est. L’idée était d’établir des premiers contacts avec des laboratoires et des universités californiennes, en particulier à San Diego. Évaluer le cadre dans lequel nous pourrions mettre en place des collaborations. Nous avons notamment visité les laboratoires du Scripps Research Institute et de Salk Institute. C’était une étape très intéressante car San Diego est un centre de recherches reconnu.

Les contacts pris, quelle est l’étape suivante ?

D’abord, c’est toujours intéressant d’échanger des idées avec des interlocuteurs de qualité. C’est stimulant et cela permet d’avancer.
Ensuite, il s’agira de mettre en relation les talents forts des différents labos. On a établi des contacts précieux. À la rentrée, nous allons voir quelle stratégie adopter pour faire fructifier ces contacts. Nous inviterons nos confrères américains à venir présenter leurs structures. Nous voudrions mettre en place des jumelages entre labos.

Vous êtes américain, vous avez travaillé comme chercheur à la Harvard school of public health et maintenant à l’Inserm, une institution publique française. Qu’est-ce qui est plus facile, être chercheur aux États-Unis ou en France ?

Ce qui a vraiment frappé les élus français qui nous accompagnaient en Californie, c’est de contaster que 90 % des professeurs des gros centres de recherches ne sont pas statutaires. Leur salaire dépend à 100 % de bourses privées. Et leurs labos sont excellents. Ça ne veut pas dire que c’est le modèle qu’il faut importer en France… Il faut prendre le meilleur des deux systèmes…

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Le rêve américain d’une petite entreprise nantaiseLe rêve américain d’une petite entreprise nantaise Cyclope, une petite société nantaise, commercialise depuis 2008 les poignées de porte ergonomiques et anticontamination Ulna. Encouragée par le  succès du concept en Europe, elle s’attaque […] Posted in Business
  • Lyon à la conquête du Golden StateLyon à la conquête du Golden State Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, conduisait pour la première fois une délégation officielle en Californie pour développer de nouvelles collaborations stratégiques entre cet état […] Posted in Business