Subscribe

Nucléaire iranien : la France déplore une discussion qui “n’avance pas”

La discussion avec l’Iran sur son programme nucléaire controversé “n’avance pas”, a déploré mardi le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, alors que des entretiens diplomatiques entre l’Europe et Téhéran se sont tenus mardi à Istanbul.

“Très objectivement, la discussion n’avance pas” entre les grandes puissances et l’Iran, a souligné le ministre devant des députés en rappelant que la France poursuivait “un double chemin, les sanctions et la négociation”. Dans ce dernier cadre, “nous avons fait beaucoup de propositions. L’essentiel de la discussion porte sur l’enrichissement, nous sommes tout à fait favorables bien sûr à ce que l’Iran, qui est un grand pays, un grand peuple, puisse disposer de l’énergie nucléaire civile, mais pas de l’énergie nucléaire militaire”, a-t-il précisé.

“Nous avons beaucoup de mal à entrer dans la discussion”, une fois parce que les Iraniens voudraient discuter au préalable de la Syrie, une autre fois “parce que les Iraniens inventent un droit (…) à un enrichissement tous azimuts qui n’existe pas”, a ajouté le ministre à titre d’exemples. “Les discussions continuent à un niveau technique”, mais “c’est une affaire préoccupante, d’autant plus préoccupante qu’il y a une crainte que des éléments nucléaires se retrouvent dans des mains qui ne sont pas des mains iraniennes”, a-t-il dit en évoquant le Hezbollah libanais.

Le groupe dit des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) demande à l’Iran de suspendre l’enrichissement d’uranium à 20%, jugé dangereusement proche de l’uranium enrichi à 90% utilisable pour l’arme atomique, d’envoyer son stock à l’étranger et de fermer un site souterrain d’enrichissement. L’Iran affirme que cet uranium enrichi à 20% sert uniquement à fabriquer du combustible pour son réacteur de recherche et médical de Téhéran, et refuse tout abandon de ce qu’il considère comme un droit, dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire dont il est signataire.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related