Subscribe

Nucléaire : pas de risque pour la côte ouest des Etats-Unis

La Californie surveille “de près” la crise nucléaire au Japon mais les autorités écartent pour l’instant l’hypothèse de voir un nuage radioactif traverser l’Océan Pacifique et survoler la côte ouest des Etats-Unis.

Et quand bien même les particules émises par la centrale nucléaire de Fukushima, gravement endommagée par le séisme de vendredi au Japon, atteindraient les Etats-Unis, leur niveau de radioactivité ne serait pas suffisamment élevé pour présenter des risques pour la santé, a affirmé l’Autorité américaine de régulation nucléaire (NRC).

Plusieurs experts ne partagent pas cette opinion, faisant notamment référence au jet-stream, ce courant d’air très rapide soufflant d’ouest en est. Mais la NRC – dont les experts ont été dépêchés au Japon à la demande de ce dernier – affirment que même Hawaii ne risquerait pas grand chose. “Il pourrait y avoir des particules radioactives flottant au-dessus des Etats-Unis. Mais nous ne pensons pas qu’elles seraient particulièrement dangereuses, dans le pire des scénarios”, a déclaré à l’AFP David McIntyre, porte-parole de la NRC.

Les autorités japonaises font face à une crise nucléaire majeure à la centrale de Fukushima, située à 250 km au nord de Tokyo, après le séisme de magnitude 9 et le tsunami dévastateurs qui ont frappé le nord-est du Japon. Une troisième explosion est survenue dans la centrale mardi, alors qu’un porte-parole indiquait que la structure autour du réacteur 2 semblait être endommagée et que les niveaux de radioactivité entre Fukushima et Tokyo avaient augmenté.

Le département californien de la Santé publique a précisé qu’il “surveillait de près la situation” et a rappelé qu’il avait mis en place un programme d’action à observer en cas d’incident nucléaire. Le Japon est à 8 000 kilomètres de la côte ouest de Etats-Unis, et plus proche de l’Alaska, au nord. Plusieurs experts affirment que la radioactivité, transportée par le puissant jet-stream, pourrait atteindre l’Amérique du Nord en 36 heures.

“Même Tchernobyl n’a pas provoqué de contamination sérieuse à plus de 1 600 km”

“Un peu de radioactivité pourrait être transportée dans l’atmosphère de la côte ouest”, a déclaré Joe Cirincione, expert pour le groupe antinucléaire Ploughshares Fund. Il cite la catastrophe de Tchernobyl, en 1986, pour montrer la rapidité à laquelle pouvait se propager la radioactivité, “qui s’est répandue dans tout l’hémisphère nord”. Harvey Wasserman, conseiller de Greenpeace aux Etats-Unis, a ajouté qu’après Tchernobyl, les émanations avaient atteint le jet-stream et touché la côte californienne, à des milliers de kilomètres de là, en dix jours”.

Un expert climatique a pour sa part utilisé un logiciel de l’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) pour anticiper le cheminement de la radiocativité. “Il est extrêmement improbable qu’une radiation dangereuse pour la santé soit toujours présente dans l’atmosphère…” après plusieurs jours et des milliers de km de voyage, a déclaré le météorologue Jeff Masters. “Même la catastrophe de Tchernobyl, qui a rejeté dans l’air une quantité beaucoup plus importante de radioactivité, n’a pas pu provoquer de contamination sérieuse à plus de 1 600 km”, a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la NCR a refusé d’entrer plus en détails dans les scénarios possibles. “En ce moment, le gouvernement dans son ensemble regarde la situation et se pose ces questions. Nous n’avons pas encore de réponse. Nous ne pouvons rien dire publiquement pour l’instant”, a-t-il dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related