Subscribe

Obama va défier les républicains et nommer un haut responsable par décret

Le président des Etats-Unis Barack Obama a l’intention de nommer par décret le chef d’un nouvel organe de régulation des banques, annonce un haut responsable de la Maison Blanche, un défi direct aux républicains du Congrès qui refusaient d’entériner cette nomination.

Ce responsable s’exprimait sous couvert de l’anonymat avant l’officialisation de l’annonce par Obama, attendue lors d’un déplacement du président dans l’Ohio. Le directeur désigné du Bureau de protection financière des consommateurs, Richard Cordray, accompagne Obama lors de ce voyage. Le geste de Obama, dix mois avant de remettre son mandat présidentiel en jeu, constitue une provocation pour ses adversaires républicains, qui l’avaient mis en garde contre toute nomination par décret. Elle est à leurs yeux illégale car le Congrès n’est selon eux pas en vacances. Afin d’éviter un tel geste de Obama, les républicains ont en effet fait en sorte de maintenir une activité législative formelle pendant l’absence de la majorité des élus à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Dans ce débat qui devrait être à terme tranché par la justice administrative, la Maison Blanche estime que les républicains se sont engagés dans une obstruction systématique. Tout recours de leur part serait non suspensif, ce qui veut dire que Cordray prendra son poste quoi qu’il arrive. Toutefois, en l’absence de confirmation du Sénat, il n’occuperait ce poste qu’à titre provisoire, jusqu’à la fin de la prochaine session parlementaire début 2013, quand les cartes politiques auront déjà été rebattues par les élections présidentielle et législatives du 6 novembre 2012.

Obama avait proposé le 18 juillet 2011 le nom de Richard Cordray, un ancien ministre de la Justice de l’Ohio, pour diriger le “Consumer financial protection bureau” (CFPB), une agence dont la création était prévue par la loi de la régulation financière adoptée en juillet 2010, censée éviter une réédition de la crise de 2008. Les républicains du Sénat, chambre qui devait entériner cette nomination, sont hostiles à l’établissement du CFPB dont ils jugent les pouvoirs exorbitants. Obama avait déjà renoncé à nommer comme directrice la juriste qui avait mis l’agence sur pied, Elizabeth Warren, vu son rejet par les républicains, qui disposent d’une minorité de blocage à la chambre haute du Congrès.

Sans surprise, l’annonce aujourd’hui a provoqué une bronca des républicains. Le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, a affirmé que “le président Obama, dans un geste sans précédent, a court-circuité les Américains avec arrogance”.

Dans un communiqué au ton encore plus musclé, le président républicain de la Chambre, John Boehner, a dénoncé un “abus de pouvoir extraordinaire et complètement sans précédent qui va à l’encontre de siècles de pratiques” parlementaires, se disant persuadé que la justice considèrerait cette nomination comme “illégitime”.

John Boehner a affirmé que la décision de Barack Obama “aurait un effet dévastateur sur l’équilibre des pouvoirs disposé par notre Constitution (…) Il est évident que le président préfère fouler aux pieds notre système de séparation des pouvoirs, plutôt que de travailler avec les républicains pour faire en sorte que ce pays aille de l’avant”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related