Subscribe

Olivia Ruiz en ouverture de la saison culturelle au Théâtre Raymond-Kabbaz de Los Angeles

Pour la première fois, Olivia Ruiz, ancienne candidtate de la première édition de la Star Academy, sera en concert aux Etats-Unis, les 16 et 17 septembre prochains, au Théâtre Raymond-Kabbaz de Los Angeles. Touchée par cette invitation, l’interprète de La femme chocolat, aujourd’hui âgée de 31 ans, chantera les plus grands titres de ses trois premiers albums.

A quelques jours de votre premier concert aux Etats-Unis, comment vous-sentez-vous?

Je n’ai pas vraiment la sensation de partir faire mon premier concert aux Etats-Unis, puisque j’ai répondu à une demande du Lycée français de Los Angeles (où se situe le Théâtre Raymond-Kabbaz, ndrl) qui voulait proposer un spectacle à ses élèves francophones, mais également ouvert au grand public. Cela restera ma première date américaine: après, il ne manquera plus que le Carnegie Hall à New York, le grand objectif de nos bêtises dans le bus avec mes musiciens. (rires)

Dans ce contexte, qu’attendez-vous des spectateurs?

J’adore aller à la rencontre d’un public qui me connait pas, à qui j’ai tout à prouver et qu’il faut convaincre. Cela me permet de me remettre dans la peau de celle que j’étais il y a dix ans en France. Une partie de mon répertoire est en anglais: j’ai hâte de voir comment les gens vont réagir.

Que vous inspire les Etats-Unis?

La démesure et en même temps tout ce qu’elle peut avoir d’exeptionnel.. Quand je pense à New York, que j’adore pour y être allée plusieurs fois, je pense aux grandes comédies musicales de Broadway comme on aimerait en avoir plus souvent en France, et aussi à Marilyn Monroe. Los Angeles, où je vais me rendrepour la première fois m’évoque plutôt Nirvana et les Doors, puisque, avec mon équipe, nous serons logés à Venice Beach.

On dit que le prochain album que vous préparez sera plus sombre que les trois précédents…

Parler de choses sombres avec du recul et de l’ironie, c’est quelque chose qui revient à chaque fois dans ma musique. J’essaye de trouver un peu de lumière dans des histoires difficiles, cela fait partie de mon identité.

Vous allez vous inspirer de votre propres souffrances ( en 2011, Olivia Ruiz a perdu plusieurs de ses proches, ndrl)?

Je n’en suis pas certaine. Il y a des choses qu’il faut savoir garder pour soi. Mais forcéement, l’être humain change face aux épreuves auxquelles il fait face. Ce disque aura donc quelque chose de différent, de plus mature.

Allez-vous rechanter dans d’autres langues que le français?

Je n’arriverais pas à faire un disque sans avoir un titre en anglais ou en espagnol. Cela amène une respiration dans mes morceaux et de nouvelles idées mélodique. Et puis, il y aura aussi des suprises, certainement d’autres duos, et la participation, de près ou de loin dans la production, du rappeur Buck 65.

Le 14 décembre prochain, on vous verra à l’affiche du film Le Père de ma fille, réalisé par Martin Valente. Qu’est-ce qui vous a poussé à faire vos premiers pas au cinéma?

J’ai fait des études de comedienne, j’appartenais à un groupe de théâtre de mes 12 à mes 20 ans, c’est donc mon métier de chanteuse qui est plutôt un choix, que celui d’actrice. Quand j’ai lu le scénario, le rôle de Chloé m’a beaucoup plu. C’était également très agréable de jouer aux côtés de Gérard Jugnot, de François Berléand et de Jamie Bamber (Matt Devlin, dans la série Londres Police Judicaire, la version britannique de New York Police Judiciaire, ndrl). Je pense qu’il est plus facile de démarrer au cinéma avec trois comédiens très expérimentés, qu’avec d’autres personnes qui seraient dans la découverte, donc plus fébriles. Ils étaient très paternels et très à l’écoute avec moi. Ils m’ont récupérée en mille morceaux, après une tournée des festivals d’été épuisante l’année dernière, et m’ont remise doucement au travail.

Pour en savoir plus:

Olivia Ruiz inaugurera la saison culturelle 2011-2012 au Théâtre Raymond Kabbaz.

Vendredi 16 septembre à 8 pm, tarifs: 45 dollars pour les adultes, 30 dollars pour les étudiants.

Samedi 17 septembre à 7:30 pm, tarifs: 35 dollars pour les adutlres et 35 dollars pour les étudiants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related