Subscribe

Ouverture d’un sommet européen pour stopper la crise de la dette

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE ont entamé mercredi à Bruxelles leur second sommet en 72 heures pour tenter d’apporter une réponse à la crise de la dette qui déstabilise la zone euro.

La réunion s’est ouverte vers 18H20 et sera suivie par une autre, jugée cruciale, des 17 dirigeants de la seule zone euro qui affichent toujours des divergences persistantes sur les solutions à donner à la crise. La première a pour objectif de trouver un accord sur la recapitalisation des banques afin de leur permettre d’amortir le choc de leurs pertes sur la dette grecque.

Ce point ne fait plus débat. Un projet d’accord, obtenu par l’AFP, va entériner de nouvelles exigences de recapitalisation des banques, avec un ratio de fonds propres “durs” relevé à 9% d’ici juillet 2012. Le texte ne donne pas de chiffre mais selon une source européenne un montant de quelque 108 milliards d’euros est jugé nécessaire.

L’issue de la réunion des dirigeants de la zone euro paraît plus difficile. Les grandes lignes d’un accord ont été tracées. Il s’agit de stabiliser la Grèce en convainquant les banques créancières de renoncer à la moitié au moins de la dette qu’elle détiennent – 100 milliards d’euros environ – et d’empêcher la contagion de l’incendie à l’Italie via un renforcement du pare-feu de la zone euro. Mais là, selon des diplomates, les choses s’annoncent beaucoup plus compliquées, alors même que le monde entier attend des actes. Si rien ne solide ne sort du sommet, il y a un risque de “massacre jeudi sur les marchés boursiers”, a confié un diplomate.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related