Subscribe

Paris veut une “suspension temporaire” des négociations sur l’accord de libre-échange USA-UE

La France est favorable, du fait des soupçons d’espionnage qui pèsent sur les Etats-Unis, à une “suspension temporaire” des négociations commerciales qui doivent s’engager ce mois-ci entre Washington et l’Union européenne, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

“Il ne s’agit pas d’arrêter les négociations sur l’accord de libre-échange, mais en effet il nous paraît sage de les suspendre temporairement, pour une durée de quinze jours sans doute, pour éviter toute polémique et le temps d’obtenir les informations demandées” aux Etats-Unis, a-t-elle précisé à l’issue du Conseil des ministres. “Nous allons sans plus attendre, cette semaine, nous concerter avec nos partenaires européens sur ce sujet”, a expliqué Mme Vallaud-Belkacem. François Hollande avait déjà prôné mardi une “position coordonnée, commune” de l’Europe dans l’affaire d’espionnage d’institutions de l’UE et d’Etats européens dont sont soupçonnés les Etats-Unis.

“C’est très important d’être cohérent et d’avoir un même discours sur ce sujet car l’enjeu est communautaire et pas uniquement national”, a encore dit la porte-parole du gouvernement. Elle a souligné que “ce projet d’accord est important pour l’Union européenne comme les Etats-Unis”, notamment pour “stimuler la croissance”. “Mais je vous confirme aussi que pour que cette négociation puisse s’engager sereinement, il faut que les deux parties soient réunies en confiance”, a-t-elle fait valoir.

Le projet caduque pour le Front de Gauche

Le Front de Gauche a demandé mercredi à François Hollande de “bloquer immédiatement” l’ouverture des négociations sur la mise en place d’une zone de libre-échange entre l’UE et les États-Unis, une nécessité rendue encore plus aiguë, selon lui, par les révélations faites par l’analyste américain Edward Snowden. “Nous vous demandons solennellement, Mr le Président, de bloquer immédiatement ces négociations”, souligne le FG dans une lettre ouverte à François Hollande.

“Nous estimons que les événements récents révélés par Edward Snowden rendent encore plus nécessaire de ne pas” s’engager dans ces négociations, poursuit le Front de Gauche. “Ces derniers événements, d’une rare gravité, devraient, à eux seuls, rendre caduque ce projet. Comment en effet mener des négociations quand la partie avec laquelle on négocie espionne en permanence?” s’insurge le Front de Gauche.

“Nous considérons que ce projet de libre échange a pour objet de favoriser non les peuples, mais l’avidité d’un capitalisme financiarisé et mondialisé dont on voit partout les dégâts”, souligne aussi la lettre ouverte. Selon le document, le projet de “Grand Marché Transatlantique” menace également “notre modèle de société et nie la souveraineté des citoyens en Europe. Pourtant, il n’a jamais fait l’objet d’un débat public ni même, dans sa globalité, d’un débat au Parlement”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related