Subscribe

Pas de changement immédiat dans la relation franco-américaine

La Maison Blanche a affirmé lundi que l’alliance entre les Etats-Unis et la France restait “aussi forte” qu’auparavant après la victoire du socialiste François Hollande la veille sur le président sortant Nicolas Sarkozy.

Evoquant les relations entre Paris et Washington, le porte-parole du président américain Barack Obama, Jay Carney, a affirmé que “cette alliance est forte, et aussi forte aujourd’hui qu’elle l’était la semaine dernière”. M. Obama avait été l’un des premiers dirigeants étrangers à féliciter dimanche soir M. Hollande, lors d’un appel téléphonique. Il a aussi évoqué d’emblée des “dossiers difficiles” à gérer en commun avec le président français élu, allusion évidente à l’Afghanistan et à la crise de la dette européenne.

Le dirigeant américain a en outre invité M. Hollande à venir le rencontrer à la Maison Blanche avant les sommets du G8 à Camp David et de l’Otan à Chicago, prévus du 18 au 21 mai. M. Carney a été interrogé sur les conséquences de l’élection de M. Hollande sur le dossier de la crise de la dette de la zone euro. Le futur président français, qui prendra ses fonctions le 15 mai, souhaite en effet renégocier le pacte de stabilité européen pour y inclure davantage de croissance, ce qu’a exclu la chancelière allemande Angela Merkel.

Or, Washington s’inquiète des conséquences d’une instabilité européenne sur sa propre reprise. M. Carney, au sujet des relations entre Paris et Berlin et la position que Washington pourrait prendre dans ce débat, a souligné que “nous ne négocierons pas de la part de pays européens, ou entre des pays européens, d’ici à la Maison Blanche”. Il a aussi rappelé que M. Obama défendait “une approche équilibrée” mêlant “consolidation budgétaire” et “mesures pour continuer à stimuler la reprise”, à son avis “la bonne approche pour l’Europe”.

M. Obama “a adopté une approche ici aux Etats-Unis qui a cherché à faire croître l’économie et créer des emplois à court terme, tout en s’occupant de nos problèmes de déficits et de dette à moyen et long terme”, a développé le porte-parole.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related