Subscribe

Patrice Leconte : « J’ai toujours fait au gré de mes envies »

À l’occasion de la sortie de deux de ses films en DVD aux États-Unis, chez Criterion, le cinéaste Patrice Leconte nous livre ses projets : des remakes américains sur le feu, une collaboration avec l’écrivain Douglas Kennedy, un premier roman et un film d’animation. Rien que ça.

La sortie en DVD aux États-Unis, dans la prestigieuse collection Criterion, du Mari de la coiffeuse et du Parfum d’Yvonne, deux films de ses débuts, est l’occasion de revisiter la carrière d’un cinéaste français prolifique et touche-à-tout. Auteur des films aussi différents que Ridicule, La fille sur le pont ou Viens chez moi j’habite chez une copine, Patrice Leconte est aussi le tenant, un peu malgré lui, d’un humour français pas toujours exportable, d’ailleurs, avec la trilogie ironico-beauf des Bronzés, devenue culte. Il y a quelques temps, il était question de deux remakes, celui de Mon meilleur ami et de L’homme du train, mis en route par un cinéma américain toujours prompt à s’emparer des succès étrangers qui peuvent rapporter gros. Après avoir enchaîné trois films ces dernières années (La guerre des miss, Mon meilleur ami et la suite des Bronzés), à 60 ans, Patrice Leconte n’a pas dit son dernier mot, avec des projets (variés) à la pelle, qui continuent de déplacer les foules.

Le public américain va enfin découvrir Le mari de la coiffeuse et Le parfum d’Yvonne. Pouvez-vous rappeler pourquoi ces deux films sont importants dans votre filmographie ?

Le mari de la coiffeuse a été un film important pour moi parce qu’après Monsieur Hire, qui était un film sombre, crépusculaire, j’avais envie de partir dans la direction opposée : entreprendre un film lumineux, amoureux, positif (bien que la fin soit dramatique). Et puis aussi, cela me passionnait d’entremêler des souvenirs personnels, des fantasmes, des rêveries. En fait, Le mari de la coiffeuse est un faux film autobiographique, et qui prouve sans doute que le cinéma existe pour nous faire vivre, par procuration, des vies que nous aurions aimé vivre.
Quant au Parfum d’Yvonne, il s’agit d’une adaptation d’un des plus beaux romans de Patrick Modiano, Villa Triste, qu’un ami m’a conseillé. De moi-même, sans doute par respect pour cet auteur, je n’aurais sans doute jamais osé l’adapter. Et puis, en relisant ce livre que j’aimais, j’y ai entrevu la possibilité d’un film sensuel, d’un érotisme épanoui, jamais vénéneux en tout cas, alors que des choses plus noires et liées à l’époque (la guerre d’Algérie) rôdent en permanence.

Les États-Unis s’intéressent de près à vos films. Wes Anderson a écrit un remake de Mon meilleur ami et Miramax devait produire un remake de L’homme du train. Où en sont ces projets ?

Je sais en effet qu’il se prépare plusieurs remakes de mes films, notamment L’homme du train, Mon meilleur ami, ainsi que Confidences trop intimes, mais je n’ai pas de nouvelles récentes. Sans doute parce que je n’en demande pas. Mon attitude est de ne pas me mêler de ces remakes, non par désintérêt, mais pour laisser une liberté totale aux personnes qui les entreprennent. C’est leur propre vision de mes films qui m’intéresse, et surtout pas une recopie consciencieuse. Et je suis très flatté, et très curieux de découvrir les films qui vont être tournés.

L’écrivain américain Douglas Kennedy prépare également un scénario pour vous.

Oui, en effet, Douglas Kennedy, qui est un écrivain que j’adore, a écrit son premier scénario pour moi. Ce scénario est aujourd’hui terminé. Et il est très bon. Ce n’est pas l’adaptation d’un de ses romans, c’est un script original. Nous avons fait connaissance il y a quelque temps, nous sommes devenus amis, et c’est lui qui m’a demandé si ça m’intéressait qu’il écrive quelque chose pour moi. Vous imaginez ma réponse. Aujourd’hui, le financement de ce film n’est pas complètement bouclé, il n’y a pas encore de date de tournage arrêtée, mais ça pourrait se faire d’ici quelques mois.

Vous venez de publier un roman, quel en est le sujet ? Avez-vous toujours eu envie d’écrire ?

Je viens de publier mon premier roman (je suis donc un jeune auteur de 60 ans…), Les femmes aux cheveux courts. C’est une histoire très simple, qui raconte pourquoi Thomas veut rencontrer la femme de sa vie avant d’avoir trente ans, et pourquoi cette femme devra avoir les cheveux courts… C’est un livre léger et ensoleillé, fait pour rendre heureux. Je n’en ferai pas un film. C’est pour cela que j’ai écrit un roman, et non un scénario. L’exercice de l’écriture n’est pas nouveau pour moi, depuis le temps que j’écris des films. Mais passer au roman me tentait et m’intimidait tout à la fois. C’est un éditeur qui, me suggérant de m’y mettre un jour, m’a aidé à sauter le pas. Et maintenant que le pas est sauté, je vais continuer, bien sûr, à écrire d’autres livres, à rêver à d’autres histoires.

Après plusieurs comédies, avez-vous envie de revenir au polar, par exemple, ou à des films plus sombres ?

J’ai toujours été à droite ou à gauche, n’en faisant qu’à ma tête, au gré de mes envies. Mes films sont souvent des comédies, du moins des films qui s’apparentent, de près ou de loin, à la comédie, mais j’ai toujours eu du plaisir à changer de registre. Ridicule, La fille sur le pont, Tandem, Monsieur Hire, Confidences trop intimes, d’autres encore, ne sont pas vraiment des comédies, au sens le plus classique et traditionnel du mot. Le film écrit par Douglas Kennedy est évidemment une histoire sombre, et ça me plaît beaucoup. Faire ce que l’on n’est pas censé savoir faire est très motivant.

Avez-vous d’autres projets ?

En plus du projet avec Douglas Kennedy, j’ai des projets de théâtre. Mais aussi un truc complètement inattendu, et très enthousiasmant : un long métrage d’animation, plutôt pour grands enfants, dont j’ai terminé d’écrire le scénario, et que je vais coréaliser avec un réalisateur spécialisé dans l’animation. Original, non ?

Infos pratiques

Le mari de la coiffeuse, de Patrice Leconte

Le parfum d’Yvonne, de Patrice Leconte

Distribution en DVD aux États-Unis : Criterion

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related