Subscribe

Patrick Timsit sur scène dans “La Mecque du stand-up”

 

Après une tournée de trois ans en France, l’humoriste français se déplace pour la première fois à New York pour présenter son nouveau spectacle le 28 octobre au FIAF. Dans son show intitulé “One Man Stand Up Show, le spectacle de l’homme seul debout”, le comédien n’hésite pas à adapter ses textes au public francophone des Etats-Unis.

Votre spectacle a commencé en automne 2007, et vous le présentez aujourd’hui à New York. Comment expliquez-vous ce succès?

Je ne l’explique pas vraiment. A l’origine c’est un spectacle que je voulais faire pour l’Olympia. Et puis en le préparant et en allant le roder dans des petites salles de province, je me suis rendu compte à quel point ça m’avait manqué, à quel point je me sentais chez moi sur scène. De date en date l’Olympia a été très vite complet. Je suis ensuite allé à la Cigale et on m’a dit “encore”! Puis j’ai aussi joué à la Gaité Montparnasse et maintenant je m’apprête à retourner à l’Olympia pour dire au revoir.

Vous continuez à tourner avec ce spectacle alors que le DVD est déjà sorti ?

Oui! C’est drôle parce que j’ai arnaqué tout le monde sans le savoir. On s’est retrouvé avec un DVD beaucoup trop tôt. Moi je pensais jouer mon spectacle seulement deux fois et puis ça s’arrêtait là. Donc on l’a tourné très vite pour le sortir. Deux ans après je me suis aperçu que je ne jouait même plus de la même façon. En dehors même de l’évolution des textes et  des passages, il y a une évolution dans la façon dont j’appréhende le spectacle qui est beaucoup plus confidentielle. C’est plus une discussion de salon avec le public.

Le titre de votre spectacle est assez curieux. Vous êtes “seul” face à quoi, à qui ?

Au début on me disait: “Tu vas remonter sur scène et faire quoi, un one man show ou un stand-up?” Je comprenais pas tellement cette envie de catégoriser et de cataloguer un titre. Moi je leur répondais, “Je veux faire un spectacle dans lequel je me sens bien et qui plaise aux gens”. Entre mon dernier one man show et la reprise de celui-là, la vraie question pour moi était de savoir si j’avais encore quelque chose de légitime à dire. Est-ce que je peux me mettre debout et avoir encore de la dignité… Car pour être seul et debout c’est qu’on a encore quelque chose à dire, et surtout quelque chose qui intéresse.

Est-ce que vous comptez modifier vos stekchs spécialement pour New York, en incluant des blagues sur les Américains par exemple?

Effectivement, il y a des passages personnalisés où je vais aborder certains sujets qui correspondent aux différences entre les Européens et les Américains. L’actualité a elle même bougé, donc je m’adapte forcément à tout cela. Mon spectacle reste social et actualisé ; je ne peux pas ne pas tenir compte par exemple des Roms qui ont été expulsés de France, ou alors des grèves du moment. Donc, peut-être que je ferai un parallèle avec les Etats-Unis à ce moment-là .

Vous attendez-vous à un public différent à New York ?

On ne sait jamais à quoi s’attendre. Je me concentre sur le spectacle que j’ai envie de faire. New York, c’est La Mecque du stand-up, avec tous ces comedy club… L’exercice veut que comme vous êtes en discussion avec un public et qu’on ne sait jamais quand le spectacle va débuter, il commence quand vous dites bonsoir et s’arrête quand vous repartez. Je ne peux pas jouer mon spectacle sans tenir compte du fait que je suis à New York. Puis ce n’est pas mon style d’improviser deux heures uniquement là-dessus.

Vous n’hésitez pas à pousser l’humour très loin parfois.

C’est vrai que ce qui compte c’est la façon dont on a envie de s’exprimer. Quand je suis sur scène je ne cherche pas à être le plus noir possible ou le plus méchant, je cherche à savoir quels sont les sujets qui me mettent en colère et qui m’intéressent. Ensuite quand je me mets à en parler j’essaie de trouver un décalage, une sorte d’axe. L’originalité c’est pas le sujet, c’est la façon dont je vais en parler avec un ton qui me correspond, que ce soit le racisme, le matchisme, l’adoption, le couple…

Quels sont vos projets après le spectacle?

Après New York, je vais repartir en France, pour dire au revoir à ce spectacle à l’Olympia. Puis très vite enchainer avec le tournage du nouveau film d’Alain Chabat au Mexique.

Et si le succès était phénoménal à New York?

Ca serait formidable. Au moins je saurai que je pourrai revenir ici si je prépare un autre spectacle. Je l’ai déjà joué plusieurs fois à l’étranger notamment au Québec. C’était une rencontre incroyable, comme si le public m’attendait et que moi je les attendait aussi. C’était tellement fort que je sais que j’y retournerai. Je suis très content de faire mon spectacle ici. Puis terminer une tournée à New York, il faut avouer que c’est quand même la classe!

Infos pratiques :

One Man Stand-Up Show présenté au FIAF

Informations, réservation:http://www.fiaf.org/events/fall2010/2010-10-28-patrick-timsit.shtml

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Cinéma : Dans les coulisses de la maison DiorCinéma : Dans les coulisses de la maison Dior Dior and I, documentaire du jeune réalisateur français installé à Brooklyn Frédéric Tcheng, sort ce vendredi en salles aux Etats-Unis. Une plongée inédite dans la maison Dior que nous […] Posted in Culture, Cinema
  • Théâtre: Charlotte de TurckheimThéâtre: Charlotte de Turckheim Charlotte de Turckheim vient de terminer sa tournée d’une semaine en Californie où elle a présenté son nouveau one woman show Ca va nettement mieux. Charlotte se met dans la peau d’une […] Posted in Culture