Subscribe

Pétanque : un parfum de France à New York

” On a failli installer des cigales en céramique “, s‘amuse Jean-Pierre Subrenat, président du New York Pétanque Club et organisateur du tournoi. Et en effet, il ne manquait que ces insectes pour que Prospect Park se transforme en Provence.

Sous les arbres bicentenaires du Paul Ricard Pétanque Court à Brooklyn, 16 équipes se sont données rendez-vous dimanche matin pour un tournoi de doublette. Le moins que l’on puisse dire c’est que la pétanque, “ce n’est pas que de la détente”. “C’est un sport où la concentration est primordiale “, explique Jean-Pierre Subrenat, actuel 7ème au classement des joueurs New-Yorkais. ” C’est aussi un sport où le mental joue pour 80 %, un sport de stratégie. Il faut pointer, c’est-à-dire s’approcher du cochonnet et tirer, ce qui veut dire déplacer les boules de tes adversaires. Ce n’est pas simple », ajoute Thierry Julliard, 26 ans.

Les boules s’entrechoquent, les carreaux s’enchainent et les pointeurs se placent au plus près du cochonnet. La tension est palpable chez les joueurs qui, en plus de profiter du calme, sont là pour la gagne. Tout le gratin de la pétanque américaine est là. Jean-Pierre Subrenat, Éric Bertin et Xavier Thibaud sont les actuels membres de l’équipe nationale américaine, en marche pour les championnats du monde  qui se dérouleront du 4 au 7 octobre 2011 à Marseille.

Les accents du sud chantent et les railleries entre Marseillais contre le reste du monde fusent. ” Nous à Toulon, on vous ouvre nos fenêtres pour que vous ayiez du soleil à Marseille ! “, répond Jeannot,  habitant New York depuis 47 ans, le bagou et l’accent du sud toujours intacts. Xavier, lui, a troqué son costume de Maître d’hôtel au consulat de France pour un t-shirt aux couleurs de l’OM.

Des Français mais aussi des Américains

” C’est agréable de retrouver des racines françaises loin de chez nous “, explique Olivier, touriste venu en vacances dans le New Jersey. Mais aussi franco-français que ce sport puisse être, l’anglais s’invite bien volontiers sur les terrains. Steve joue pour la Boule new-yorkaise, le club concurrent, depuis une vingtaine d’année. « Au début, je les regardais jouer à Central Park. Et puis ils m’ont fait essayer et je n’ai jamais arrêté. C’est une vraie drogue ! », sourit le New-yorkais. Peter, lui, est venu depuis Boston pour participer au tournoi. « Je n’ai pas beaucoup joué en France et c’est vraiment ici que j’ai appris ce sport à la fois décontracté et compétitif».

Sport et convivialité

Pour que ce sport reste convivial, les organisateurs ont tout mis en place. 13 heures sonne l’heure de l’anisette, du Rosé, des viennoiseries et sandwichs. Tout est là pour le dépaysement. Seuls les joueurs de baseball sur le terrain adjacent nous rappellent que nous sommes en plein milieu de Brooklyn.
Brève pause avant la reprise de la compétition et l’arrivée de joueurs plus amateurs pour une “consolante “, organisée à partir de 14h. « Ah non, je ne joue pas le matin. Ils jouent trop bien pour moi », explique Adrien, qui vient de recevoir ses boules envoyées de France par ses parents.

La saison de la pétanque est ouverte de juin à octobre. Il est possible de voir les boulistes s’exprimer sur des terrains situés à Brooklyn (1050 Caton avenue) et à Bryant Park dans Manatthan, où des compétions sont organisées pratiquement toutes les semaines.

Si la pétanque vous intéresse, où que vous soyez aux Etats-Unis:

http://www.labouleny.com/

http://petanqueamericaopen.blogspot.com/

http://www.usapetanque.org/

http://newyorkpetanque.com/

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related