Subscribe

Philippe Petit tendra son fil dans une bibliothèque publique de New York

Le funambule Philippe Petit, qui invitait le public hier à visionner son film Man on Wire à l’intérieur de la Cathédrale St John The Divine à New York, a révélé à demi-mot le lieu secret de sa prochaine performance : une bibliothèque publique de New York, à l’automne prochain, où il entend créer « un dialogue avec des écrivains. »

Répondant à la question d’une petite fille, qui avait visiblement bien lu le New York Times de la veille, Philippe Petit a révélé, à demi-mot, le secret de sa prochaine performance funambulesque : il a laissé entendre qu’il marcherait en octobre prochain à nouveau sur son fil, accroché à une bibliothèque publique de Midtown à New York, pour une performance dédiée à la littérature. « Je veux inviter des écrivains connus ou non, à dialoguer avec moi, » a t-il expliqué dans la majestueuse cathédrale gothique de St John The Divine, dans le nord de Manhattan – la plus grande au monde – qui accueillait hier une projection de Man on Wire, sur écran géant à l’intérieur de la nef. Les bénéfices ont été reversés à l’église, où le funambule est artiste en résidence. Philippe Petit a d’ailleurs précisé qu’il considère la cathédrale comme « son église », un lieu privilégié.

Le funambule qui vit aujourd’hui dans l’Etat de New York s’est également expliqué sur sa relation ambivalente avec la France, où il dit n’être né que par accident : « Ils ne m’invitent pas souvent à faire des performances en tant qu’artiste », a t-il déploré.

Man on Wire, le film documentaire de James Marsh est la reconstitution du « coup » monté en août 1974 par le funambule français, pour marcher entre les deux tours du Word Trade Center. Lire notre article. Le film a remporté l’Oscar du meilleur film étranger le 22 février dernier et un succès public non démenti. « Quand je marche sur le fil, je ne pense pas à la mort, je pense à la vie et je ressens une joie immense », a expliqué Philippe Petit. 

Peu de détails supplémentaires ont filtré sur ce nouveau « coup », prévu pour octobre. Mais il ne s’agira sans doute pas cette fois, pour le funambule – qui fêtera ses soixante ans en août prochain -, de repousser des limites atmosphériques ni d’agir dans la plus totale illégalité. Le marcheur des cimes dit d’ailleurs ne jamais avoir été dans la démonstration téméraire d’une technique. Il cherche d’abord à faire acte de poésie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related