Subscribe

Pierre Vimont nommé à la tête du service diplomatique de l’UE

L’actuel ambassadeur de France aux États-Unis a été nommé lundi à la tête du nouveau corps diplomatique européen censé faire mieux entendre la voix de l’Europe dans le monde.

M. Vimont sera le secrétaire général exécutif du “service européen d’action extérieure” (SEAE), ce corps d’au moins 3.700 diplomates destiné à mieux représenter l’Europe dans le monde et de faire davantage entendre sa voix. La Haute représentante, Catherine Ashton, a par ailleurs décidé de nommer un Irlandais, David O’Sullivan, directeur général opérationnel de cet organisme, chargé de l’administration. “Ils formeront le duo de tête du nouveau SEAE”, a-t-elle dit, en marge d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Luxembourg. “J’ai promis de nommer les plus brillants et les meilleurs, et c’est ce que j’ai fait”, a ajouté Mme Ashton.

Pierre Vimont connaît très bien les affaires européennes. Il a effectué deux séjours à Bruxelles, le dernier en tant qu’ambassadeur de France auprès de l’UE de 1999 à 2002. Il a également été en poste à Londres. Quant à David O’Sullivan, jusqu’ici directeur général chargé du commerce à la Commission européenne, il passe pour être un proche de Mme Ashton qui l’a connu lorsqu’elle était commissaire européenne au Commerce. M. O’Sullivan avait commencé sa carrière au ministère irlandais des Affaires étrangères avant de rejoindre la Commission européenne, où il a été, entre autres, directeur du cabinet du président de la Commission de l’époque, Romano Prodi. La mise sur pied d’une nouvelle diplomatie européenne “constitue un défi important”, a déclaré M. O’Sullivan au cours d’une rencontre avec quelques journalistes. “Il s’agit de faire davantage entendre la voix de l’Europe dans le monde”, a-t-il ajouté.

M. Vimont a souligné, lui, qu’il fallait “trouver un nouvel état d’esprit” avec le corps diplomatique, qui inclura des diplomates des pays de l’UE et des fonctionnaires des institutions européennes. Se refusant à céder au pessimisme sur le déclin de l’Europe dans la mondialisation, il a souligné que le Vieux continent restait une puissance économique de premier plan. A présent, toutefois, “il faut instrumentaliser cette puissance économique pour avoir de l’influence politique, ce qui est plus complexe”, a admis l’ambassadeur français. Il a reconnu notamment que les nouvelles institutions de l’UE héritées du traité de Lisbonne suscitaient encore des interrogations à l’étranger du fait de leur complexité. “Nos interlocuteurs aux Etats-Unis sont un peu perplexes”, a-t-il admis.

Pierre Vimont et David O’Sullivan vont avoir pour principale tâche d’épauler Catherine Ashton qui à son poste est encore en quête d’une crédibilité internationale. Elle a été très critiquée en France notamment où on lui a reproché son manque d’implication dans le processus de paix au Proche-Orient, et du coup l’absence de l’Europe. Le nouveau service diplomatique européen commencera à fonctionner le 1er décembre, un an après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne qui l’a créé. Mme Ashton devrait faire part cette semaine encore de la nomination d’une Allemande, Helga Schmid, et d’un Polonais, Maciej Popowski, aux postes de secrétaires généraux adjoints, pour compléter la direction du service. Les nouveaux Etats membres de l’UE étaient restés les parents pauvres du partage du gâteau au moment d’une première série de nominations d’ambassadeurs de l’UE en septembre.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related