Subscribe

Pionnier de l’info en ligne, Bakchich.fr va déposer son bilan

Le site d’informations Bakchich, un des pionniers français du genre, va déposer son bilan un peu moins de cinq ans après sa création faute des moyens nécessaires à son développement.

Fondé en avril 2006 par Xavier Monnier et deux associés, Bakchich.fr s’était doté en 2009 d’une version papier hebdomadaire vendue en kiosque et par abonnement. Ces derniers mois, le site ne cachait pas ses difficultés mais avait réussi à réunir au total 3 millions d’euros, “juste de quoi survivre”, a expliqué à l’AFP Nicolas Beau, directeur de la rédaction. “On aurait pu trouver une rustine pour un ou deux mois, mais en déposant le bilan, la situation est plus claire”, a-t-il dit.

En novembre 2009, Bakchich avait été déclaré en cessation de paiement et placée en redressement judiciaire mais le site avait réussi à s’en sortir avec une nouvelle injection d’argent frais. Cette fois, sa liquidation pourrait être prononcée à la fin du mois par le tribunal de commerce, a déclaré de son côté Xavier Monnier. “L’hebdomadaire sortira comme prévu vendredi 14 janvier”, a-t-il précisé, expliquant que le site “allait déposer son dossier de dépôt de bilan dans les jours qui viennent”. “Le tribunal de commerce fixera alors une audience qui devra prononcer la liquidation”, a ajouté Xavier Monnier, confirmant ainsi une information révélée par le site libération.fr. Jusqu’à la fin du mois nous continuerons de publier des infos sur le site. D’ici là, peut-être que des investisseurs extérieurs se manifesteront pour reprendre le titre et apurer le passif”, selon Xavier Monnier. “On jette une pièce en l’air et on verra”, a-t-il encore dit.

“Le site, compte tenu de son ton frondeur et volontiers polémique n’attirait guère les annonceurs, privant Bakchich de recettes publicitaires qui auraient peut-être pu l’aider”, explique un éditeur, considérant ce phénomène comme “fragilisant”. Outre ses fondateurs, le site compte parmi ses actionnaires Xavier Niel, patron de Free et repreneur du Monde avec environ 20%, Marc Simoncini, fondateur du site de rencontres Meetic (5%) et l’homme d’affaires Jean-Jacques Coppé (environ 20%). Il emploie une quinzaine de salariés.

“C’est dur pour Bakchich et ça montre la difficulté de faire émerger des modèles, on est tous dans l’expérimental”, a réagi Pierre Haski, président de Rue89, autre site d’informations lancé environ un an après Bakchich. “On savait qu’il y aurait de la casse”, a-t-il dit interrogé par l’AFP. “Le cas de Rue89 est différent dans la mesure où notre modèle est plus diversifié, entre site d’infos et papier mais aussi des activités significatives de formations ou de services”, a expliqué Pierre Haski.

La semaine dernière, Bakchich avait été lourdement condamné pour diffamation après une plainte du judoka reconverti en politique, David Douillet. Le site, qui a décidé de faire appel, avait affirmé que le député UMP figurait sur une liste de présumés exilés fiscaux au Liechtenstein. Le Tribunal de Nanterre a condamné Bakchich à verser 40.000 euros de dommages et intérêts, ce qui aggraverait la situation financière du site.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related