Subscribe

Plainte de Kerviel pour “faux et usage de faux” contre la Société Générale

L’ancien trader Jérôme Kerviel, lourdement condamné en 2010 pour une perte record à la Société Générale, dépose une nouvelle plainte contre la banque, pour “faux et usage de faux”.

Jérôme Kerviel assure n’avoir “jamais, jamais détourné ni volé le moindre centime”. “Je nourris l’espoir d’une réformation du jugement en appel”, ajoute-t-il, tandis que son avocat, Me David Koubbi, fait état d'”enregistrements sauvages” de Kerviel réalisés en 2008 par Société Générale, qui ont été “coupés”, “trafiqués”. C’est “la raison pour laquelle nous déposons plainte entre les mains du procureur de la République pour faux et usage de faux, car le discrédit de cette pièce a eu pour conséquence la manipulation de la justice lorsqu’elle a condamné” Jérôme Kerviel, précise-t-il.

“La cour d’appel nous a autorisés la semaine dernière à avoir accès à un certain nombre de scellés : l’un consiste en des enregistrements sauvages réalisés à l’insu de M. Kerviel, qui avait été convoqué dans les locaux de la Société Générale et enregistré illicitement à son insu pour obtenir des aveux de sa part, entre le 19 et le 20 janvier 2008”, déclare l’avocat.

“Sur douze heures de présence, il y a des coupures qu’on ne s’expliquait pas, la totalité de ces blancs constituent près de six heures. Nous avons désigné des experts informatiques (…). Selon leurs conclusions, ces bandes ont été trafiquées”, précise Me Koubbi. Or “ces pièces avaient été présentées de A à Z comme les aveux de M. Kerviel”, insiste l’avocat.

Jérôme Kerviel, 35 ans, a évoqué lui-même un morceau de conversation qui n’est pas apparu dans les enregistrements : “Je me souviens très bien avoir interpellé un de mes supérieurs, lui disant : ‘tu étais au courant de ce que je faisais’. (…) Il s’était fait exfiltrer de la salle à ce moment-là”.

Cinq semaines avant l’ouverture de son procès en appel, Kerviel donnait “sa première conférence de presse depuis 2010”, selon son avocat. En première instance, le tribunal correctionnel avait jugé Jérôme Kerviel seul responsable du cataclysme qui avait bien failli couler la Société Générale début 2008, en pleine crise financière mondiale. Le jeune homme avait été condamné le 5 octobre 2010 à 5 ans de prison, dont 3 ferme, et à des dommages et intérêts colossaux de 4,9 milliards d’euros, correspondant à la perte subie par la banque. Il doit être de nouveau jugé du 4 au 28 juin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related